Reprise sportive à la Ronde door Vlaanderen 2021

Pauline Robert    2021-06-26 12:25:28   

Ce samedi 19 juin 2021, la 21ème édition de la « Ronde door Vlaanderen » a affiché complet. En effet, cette année, en raison du Covid-19, seulement 50 équipes étaient admises au départ du rallye.


Ce samedi 19 juin 2021, la 21ème édition de la « Ronde door Vlaanderen » a affiché complet. En effet, cette année, en raison du Covid-19, seulement 50 équipes étaient admises au départ du rallye.

Le départ était donné à Ardooie, bourg situé au nord-est de Roulers en province de Flandre-Occidentale.

La majorité des équipages étaient néerlandophones, cependant, on pouvait compter 9 équipages francophones (dont 3 équipages français).

La ronde ne comporte qu’une seule catégorie, destinée aux « experts », un parfait mélange entre de la pure régularité et de l’orientation. Le tracé, long de 340 kilomètres, est rempli d’astuces (inversions de cases, cartes, angles des routes à prendre, etc…).

Après seulement deux kilomètres, le ton est déjà donné : nous commençons la première RT par une carte. Durant toute la journée, la quasi-totalité des zones de régularité se dérouleront en cartes (tracées, à tracer, muettes, à flèches, …), datant parfois des années 1960 et avec des échelles peu habituelles pour un rallye de régularité. En effet, nous avons dû, par exemple, naviguer avec des cartes au 1:100.000 !

Dans la première boucle, un « contrôle horaire secret » est à franchir. C’est une première pour nous dans une telle épreuve. Il faut calculer son heure de passage soi-même en fonction de la moyenne horaire indiquée dans le road-book et des kilomètres au compteur lors du passage au CH. Nous y pointons en retard, comme la majorité des concurrents.

Une ancienne carte muette nous a notamment fait traverser la région de Tielt, un des hauts lieux du TAC rallye.

La pause de mi-parcours se déroule à Houthulst, dans le restaurant « De Kippe », où nous avons l’occasion de manger en terrasse et de débriefer sur les différentes astuces avec les autres concurrents.

Nous reprenons ensuite la route vers la région d’Ypres, terre de rallyes, mais aussi territoire au lourd passé historique dont les nombreux cimetières militaires nous rappellent les durs combats de 14-18.

La boucle 2 débute directement avec une carte tracée au 1:50.000. D’apparence courte et simple, elle comporte en fait un gros piège puisque la majorité des routes rencontrées sur le terrain n’existe pas sur la carte. Cela en raison de l’échelle utilisée.

Dans la carte tracée nous menant au start de la RT6, un évitement sur une bascule est à réaliser quelques mètres avant un CPH. L’objectif de celui-ci est de vérifier si les concurrents le réalisent ou non, en pointant 1 ou 2 cachets en fonction du passage.

Un regroup’ de 15 minutes est prévu aux abords du parc Bellewaarde. Etant donné le timing serré, les organisateurs ont profité de celui-ci pour récupérer le retard entre les participants.

Une carte à points « routes libres » nous amène au TK14. Neufs points sont à relier, via le chemin le plus court. Il faut veiller à ce que ces points soient bien situés sur la route et non à côté ; car si tel est le cas, il faut réaliser le tour d’un ilot pour aller chercher le CP.

Photo : Gilbert Verstraeten

Le piège du rallye pour les francophones est sans aucun doute la note « quitter droite - Kassei », dans le TK15. Ce mot néerlandais signifie, « pavés ». Il faut donc prendre la route à droite suivante, située quelques centaines de mètres plus loin, en pavés.

Le niveau de difficulté est particulièrement élevé cette année ; cela est probablement dû aux conditions météorologiques beaucoup plus favorables que pour les éditions précédentes qui se déroulaient au mois de février ! Entre les vélos, les promeneurs, les tracteurs et les hautes-herbes, il n’est pas facile de tenir la moyenne imposée.

Les équipages « Berteloot-Gengoux », « Verstraete-Dupan » et « Vanderspinnen-Vanoverschelde » ont respectivement bien relevé le challenge, puisqu’ils terminent sur les 3 premières marches du podium.

Soulignons particulièrement la performance de Bjorn Vanoverschelde qui a réalisé le défi de co-piloter dans une voiture de 1928 cabriolet, une Lea-Francis Hyper ! Et le tout, à la table, sans appareil de mesure de type blunik ou chronopist.

Texte : Pauline ROBERT & Oli COPPEE

A LIRE AUSSI sur Automag.be... 

Ronde-door-Vlaanderen-2021-les-inscriptions-sont-ouvertes
Dans le baquet de droite à travers la Flandre ! "Ronde door Vlaanderen 2019"

Plus d’informations sur la Ronde door Vlaanderen : www.hemicuda.be

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.