Un Belgian Westhoek Classic aux accents Wallons ! Dans le baquet de droite.

Pauline Robert    2019-09-28 11:36:31   


Pour la 15ème édition du Belgian Westhoek Classic, les frères Vanoverschelde ont mis le paquet !
Cette année, le départ était donné depuis la « Grote Markt » à Ronse (Renaix), à quelques kilomètres de la Wallonie.
Dès notre arrivée, nous sommes directement disposés par numéros au centre de la place. Nous portons le numéro 115 en catégorie Touring.
Pas moins d’une centaine de véhicules garnissent la place sous le regard émerveillé de nombreux spectateurs.
Une dizaine d’équipages wallons ont répondu présents.

Pour les vérifications administratives, nous sommes attendus au premier étage de la brasserie « Harmonie » située également sur la grand place. Ensuite, une fois les numéros et plaques-rallye placés sur la voiture, nous nous dirigeons rapidement vers le contrôle technique.

Cette année, les organisateurs ont placé une balise GPS dans les voitures afin de vérifier que dans les zones de « speed-contrôle », les vitesses sont bien respectées par l’ensemble des concurrents.

Une atmosphère incroyable !

20h30 : C’est enfin l’heure du départ.
Les voitures partent de minute en minute devant un public présent en masse. Le speaker présente l’équipage et interroge chaque pilote sur leurs ambitions du week-end.

Un « Belgian Westhoek Classic » aux accents wallons..

Le road-book nous fait quitter la ville de Ronse et après 8 km de liaison, nous arrivons sur la première RT (La Houpe). Les prises de temps se font à l’ancienne, grâce à des contrôleurs au bord de la route.
Ensuite, la deuxième RT nous emmène déjà en Wallonie, sur les hauteurs de Ath. Le reste du parcours va se dérouler en majeure partie dans la région sud du pays.

Cette première étape du rallye est réalisée quasiment entièrement dans le noir. Il n’est pas toujours évident de s’orienter. Il vaut parfois mieux privilégier la navigation que la régularité !

21h48 : Après un peu plus d’une heure de course, nous arrivons à un regroupement au pied des éoliennes de Chapelle-à-Oie.
Le contrôleur fait repartir les voitures de minute en minute. Quelques secondes avant de démarrer, ce dernier nous remet le road-book à suivre, celui-ci est composé d’une série de cartes à réaliser de CH en CH  !

Le gros piège du rallye est, sans aucun doute, dans la première carte : nous arrivons sur ce que nous croyons être un simple carrefour décalé, mais une dizaine de voitures tournent dans tous les sens et plusieurs équipages cherchent leur chemin !
En effet, le terrain ne correspond pas à la carte fournie. Nous cherchons la route à prendre ; en étudiant rapidement la configuration du terrain, il se trouve que la nationale, qui coupe normalement le carrefour, n’est pas dessinée sur la carte. Il s’agit en fait d’une ancienne carte, datant d’avant la construction de cette grand route ! Nous prenons le CP et rejoignons au plus vite le contrôle horaire suivant afin de limiter les dégâts. Cette hésitation nous a, en effet, coûté 2 minutes de pénalités !

La dernière RT de la journée se déroule à Neufmaison, dans la région de Beloeil. Ensuite, une liaison d’une dizaine de kilomètres nous emmène à l’hôtel Vandervalk situé à Mons.
Nous sommes actuellement à la 5ème place au classement provisoire.

En route pour la seconde journée !

(Samedi 21 septembre) 9h30 : La seconde journée de course débute dans le hall de l’hôtel où est située la table de contrôle et où est distribué le nouveau road-book. Nous démarrons dans l’ordre du classement de la veille, c’est à dire à la 5ème position dans la catégorie Touring.

Une liaison de 20 km nous fait quitter Mons. Nous arrivons à la première zone de régularité du jour : la RT 4 aux éoliennes d’Estinnes. Le tracé, en "boule-flèches" successif est en fait une étape « show » avec plusieurs passages dans des épingles !

Nous enchaînons ensuite plusieurs RT sur carte tracée : la RT 5 à Fauroeulx, la RT 6 dans la mythique spéciale de Ragnies (un des hauts lieux du Bianchi rallye), la RT 7 à Donstiennes (connue de nombreux rallyes de vitesse en raison de son vieux tarmac très glissant) ainsi que la RT 8 à Erpion, qui nous rapproche des Lacs de l’Eau d’Heure où une zone d’assistance de 10 minutes est prévue sur un parking à Falemprise.
C’est un réel plaisir de parcourir notre région lors d’un rallye néerlandophone !

Nous partons ensuite en direction de Philippeville pour la RT 9 à Neuville. Celle-ci est aussi à disputer sur carte. Au point d’arrivée de la zone de régularité, le speaker de l’épreuve nous attend pour prendre nos impressions « à chaud », la vidéo est retransmise directement en live sur la page facebook de l’organisation. C’est juste incroyable et du jamais vu dans un rallye de régularité !

Le tracé nous dirige ensuite vers le circuit de karting de Mariembourg pour la pause de mi-journée. Nous grapillons quelques places au classement général et sommes maintenant classés à la 3ème position.

Après la pause de midi, nous prenons la direction de Dourbes. La RT 10 démarre du bien connu décomposé emprunté lors de nombreux rallyes. Les notes se suivent très rapidement, il est quasiment impossible de réguler correctement tellement les notes et les pièges se succèdent. Il faut donc tout enchaîner à fond pour perdre le moins de temps possible.

La RT suivante (n°11) se déroule à nouveau dans la région de Surice. Celle-ci est la plus longue de toute l’épreuve puisqu’elle comporte 34 km. Il fallait donc rester concentré jusqu’au bout.

Nous approchons ensuite un nouveau circuit  : celui de Mettet. Un point stop « média zone » est prévu dans la pitlane du circuit. Le speaker prend nos impressions directement après cette longue RT. Ce dernier nous annonce les classements, nous avons gagné une place au classement, puisque l’un des concurrents devant nous à dû abandonner.

La prochaine zone de régularité est toute proche du circuit puisqu’elle se déroule dans les chemins de bétons connus du rallye de Mettet. Nous la parcourons en étape «  show » avec deux tours à réaliser devant un nombreux public.

Nous avons ensuite une liaison de 60 km, qui nous emmène directement vers Nivelles. Une pause de 30 minutes est prévue au café « The circuit » situé en plein milieu de l’ancien circuit de formule 1 de Nivelles (devenu maintenant un zoning industriel).

La 13ème RT est un tour de l’ancien circuit qui se termine ensuite dans les petits chemins de la région. La RT 14, quant à elle, a lieu dans une moyenne très basse avec énormément de speed contrôles à respecter variant entre les 30 et 36 km/h.

Pour clôturer cette magnifique journée, nous enchaînons ensuite avec une course de CH à CH. Le tout à la carte via d’anciens chemins longeant l’autoroute E429. Ces cartes sont elles aussi d’époque, il faut donc se méfier de la situation rencontrée sur le terrain.

Pour la quinzième et dernière RT du rallye, le contrôleur présent au départ nous fournit une table de moyenne différente de toutes celles reçues lors des précédentes zones de régularité. En effet, dans celle-ci, les valeurs de la première ligne du tableau (distances) ne sont pas régulières.

Le parcours, sur une carte tracée est pourtant simple, mais nous nous faisons piéger dans un carrefour décalé. Nous perdons presque 5 minutes avant de pointer à la fin de la RT. Comme quoi un rallye n’est jamais fini jusqu’au dernier CH ! Heureusement, le joker, octroyé à chaque équipe, effacera cette erreur..

L’arrivée de ce Belgian Westhoek Classic est organisée dans une rue de Heestert bloquée pour l’occasion. Un podium, des hôtesses portant le drapeau à damier, des photographes et le speaker sont là pour interviewer tous les « finisher ». Une ambiance juste incroyable !

La suite et la fin du road-book nous dirige ensuite vers le village de Vichte (dans le salon Rembrandt) pour le repas de clôture ainsi que la remise des prix.

Nous terminons à la 2ème place du classement général Touring et 1er équipage en Youngtimer. A quelques 39 secondes du premier équipage PAPPIJN-D’HOORE.

Une chose est sûre, nous ne pouvons que vous conseiller cette épreuve d’une telle qualité !

Texte : Pauline ROBERT & Oli COPPEE
Photos : Emma SOBRY, Patrick CHARLET, Philippe LAMBRETTE.

Site du Belgian Westhoek Classic

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.