Grégory Fastré a entamé sa saison en France.

P.J.    2005-03-22 00:00:00   


Deux épreuves open françaises à l’actif de Grégory.

Les trois coups du Championnat de France Open ont été frappés dès le 20 mars sur le circuit Bugatti du Mans. C’est aussi l’ouverture d’un nouveau challenge pour Grégory Fastré, le jeune pilote liégeois. En effet, Greg dispute ce championnat aux côtés de Laurent Brian, ex-pilote du SERT, au sein du Team Bikers Days-EMS. La catégorie dans laquelle ils s’alignent aux guidons de Yamaha R1 réunit les 1000 cc Superproduction et Stocksport, les deux classes qu’on retrouve au Master of Endurance. Greg et son équipier défendent leurs chances aux commandes de Stocksport, les machines les plus proches de la série.

Ce week-end manceau sera marqué par un temps estival, un régal pour les 83 pilotes appelés à essayer de se qualifier pour la course. Pour Greg, les essais constituent une découverte du circuit. Il n’y avait fait que 3 ou 4 tours l’an dernier pour dégrossir sa Superstock de l’époque en compagnie de Michel Nickmans. Après des essais difficiles où Grégory conquiert la 12ème place sur la grille malgré une machine qui glisse beaucoup, le team décide de chausser les motos de pneus Dunlop. Brian est 19ème. La barre est placée très haut avec des pilotes réputés comme Coste, Lagrive, David Checa, Donischal ...

Dès le warm-up avec la nouvelle monte de pneumatiques, le changement est appréciable.

Greg, auteur d’un excellent départ, se retrouve 7ème. Mais un circuit, cela s’apprend. Il rate un freinage et rétrograde à la 10ème position. Il repart à l’attaque et comble petit à petit l’écart qui le sépare du groupe précédent. La course compte 21 tours. « Gagner quelques places, c’est possible. » pense-t-il. Malheureusement, à trois tours de l’arrivée, le drapeau rouge est présenté aux pilotes marquant la fin de l’épreuve. Les positions sont gelées. Grégory est classé 10ème au général, 6ème Stocksport. Laurent Brian est 18ème. Le bilan est positif.

La victoire revient à Mathieu Lagrive

Une semaine plus tard, c’est le week-end pascal, le Championnat Open est installé dans la Nièvre sur le circuit de Magny-Cours. Le temps est incertain. On est parti pour des choix de pneus difficiles : sec, pluie... Pendant ces 3 jours, les chefs d’équipe comme les pilotes n’arrêteront pas de scruter le ciel, de consulter leurs rhumatismes ou leur grenouille mais en vain. Après les deux séances d’essais, l’une sur une piste humide et la seconde sur le sec, Grégory signe le 6ème temps, ce qui le place sur la seconde ligne de la grille. C’est bien parti ! Brian est 22ème.

Pour la course, le ciel est menaçant mais la piste est sèche. La direction de course sort le panneau « Wet Race » ce qui signifie pas d’arrêt de course en cas de pluie. Malgré cela, la plupart des pilotes optent pour des pneus slick. C’est le cas de Grégory. Le Liégeois prend un départ moyen et se retrouve 7ème légèrement décollé du groupe de tête. Puis, une pluie fine se met à tomber. Greg en profite pour recoller. Mais au 8ème tour, Olivier Four tombe sur la piste mouillée. Des pilotes lèvent la main, le drapeau rouge est sorti malgré le « Wet Race ». La course est arrêtée. La pluie a cessé, le ciel reste très sombre, menaçant. Grégory raconte : « J’ai pris la décision de faire monter des pneus pluie, nous ne disposions pas de pneus intermédiaires. Nous avions des pneus pluie très tendres qui font merveille sur ! une piste détrempée. C’étais le mauvais choix. La pluie n’est pas revenue et la piste a séché. Après quelques tours, mes pneus se sont dégradés au point qu’il était impossible de tenir la moto. J’ai préféré arrêter pour ne pas risquer de démolir la Yamaha. C’est moi qui ai fait le mauvais choix. » Un résultat blanc pour Greg, mais une moto intacte pour la suite de la saison. Laurent Brian termine 18ème, tandis que Olivier Four, qui profite de l’arrêt, remporte l’épreuve devant Mathieu Lagrive.

La suite de la saison pour le Team Bikers Days-EMS, c’est les 24 heures Moto sur le circuit du Mans les 16 et 17 avril. L’équipe est dopée par l’arrivée d’un pilote de prestige : Stéphane Mertens, deux fois Champion du Monde d’Endurance, apporte toute sa science du pilotage et son expérience de l’endurance à cette équipe en laquelle il croit. Nous les retrouverons tous, Grégory Fastré, Michaël Wynant, Stéphane Mertens et Marc Fissette pour cette première manche du Master of Endurance.

P.J.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.