Crucifix – Caldeira Victoire inespérée en classic aux LEGEND BOUCLES DE SPA

Eddy Coppée    2014-02-25 23:56:40   


Les "Classics" haussent la moyenne.

Les Legend Boucles de Spa, ce rallye hivernal se déroule normalement sur la neige. Comme cette année, les ardennes belges n’ont reçu que très peu de neige mais par contre beaucoup de pluie, cela nous a valu un rallye sur la boue et extrêmement glissant.

Comme, dans tous les rallyes, il y a des coins mythiques comme "la Clémentine", le village de Chession, le calvaire de Wanne, le cimetière de Winanplanche, le S des poubelles à Bodeux et, nouveauté cette année, le village de Withimont ou la RT d’Hardigny.
Si les « pros » restaient à la moyenne de 80, les adeptes de la régularité voyaient la moyenne passer de 50 km à 60 km. Cette modification allait permettre de donner plus d’intérêt à cette catégorie et le nombre de personne pouvant gagner allait grossir par rapport à 2013. Il y avait de quoi motiver la concurrence et remotiver quelques revenants ou pilotes descendus des "Legend" pour jouer dans cette catégorie.

La migration des pilotes ...

C’est notamment le cas de Daniel Reuter sur sa Porsche 914, mais aussi de Jean-Noël Van Houdenhove (Manta), Karl Govaert (BMW 2002), Lionel Hansen (Porsche 911 Carrera), René Franchi (TriumphTR7), Damien Chaballe (Volvo 122S), Christian Jupsin (205 GTI) ou Antoine Brakovic (Datsun 240Z). Ils retrouveront les spécialistes de la « Régul » et des épreuves historiques que sont les Van Rompuy père et fils (Opel), Yves Deflandre (Porsche Carrera RS de 1972), Eric Gengou (Volvo 142), Kurt Vanderspinnen (Ford Cortina Lotus de 1963), Claude Verhelle (Ford Escort RS2000), Guy Moerenhout (Fiat Ritmo Abarth), Dominique Paulus (Opel Kadett ) et Christian Crucifix/Antonio Caldeira (Porsche 911 1985) , Nico Sax (Alfa Romeo).

VERHELLE-THIRIONNET nous reviennent avec une très belle escort

Parmi les nouveaux venus, il faut noter le retour au volant de Bernard Herman (BMW 1602) et du pilote de GT3 Xavier Maassen assisté par son père Servé aux commandes d’une Chrysler Avenger de 1975.

Herman père et fils sur une BMW

Christian Crucifix et Antonio Caldeira étaient inscrits sur une Porsche 911 de 1985 avec laquelle ils avaient gagné l’Ardennes Classic en 2013. Ils avaient leur quartier général au milieu du rallye dans le village de Wanne à deux pas de la spéciale du Calvaire. Ils ont été « chouchoutés » par les patrons de la métairie et dans le calme de l’Ardenne Belge, ils ont pu établir une stratégie de course gagnante.

Crucifix-Caldeira favorisent l’efficacité de la Porsche, une tactique payante vu la météo .

La guerre des pneus ...

Une chose difficile à choisir dans ce rallye reste la "gomme à utiliser" suivant les spéciales. Il faut savoir que les pneus hiver sont une obligation.
Ne disposant pas d’une assistance aussi « pro » qu’ Yves Deflandre, Daniel Reuter ,Van Rompuy ou d’autres concurrents, il a été décidé de partir avec un train de pneus neufs puisqu’il n’y avait que 150 km de RTs. Par contre, il fallait un pneu avec des flancs renforcés pour tenir l’ensemble du rallye sans problème.

Deflandre - Chapa Porsche 911 de sérieux candidats

Le jeudi, une très mauvaise surprise attendait l’équipage N°203 car il a dû constater que les Vredestein montés sur la Porsche rendaient celle-ci inconduisible. Il a fallu monter en urgence de nouveaux pneus et sur conseil de spécialistes, ce sont des Michelin qui ont été choisis. Ceux-ci se sont comportés de parfaite manière tout le long du rallye. Heureusement Jean Claude Mathoul était là pour fignoler la voiture avant le départ.

Stratégie & régularité ...

Une autre difficulté pour la Porsche 911 était son très mauvais coefficient ou une seconde de retard lui valait 0,86 pts tandis que une seconde d’avance comptabilisait 1,00 pts. Si la Cortina Lotus, qui termina 4ème, avait aussi 1,00 point en avance, elle ne comptabilisait que 0,63 point pour le retard.
Comme il y avait très peu de différence entre l’avance et le retard pour l’équipage 203 et comme il y avait beaucoup de contrôles de passage pour ralentir les concurrents (5 CP sur Stoumont qui font perdre de l’ordre de 10 à 15 secondes par CP), il a été décidé de plutôt rouler en avance et d’anticiper les difficultés si cela était nécessaire.

Au vu des résultats, la stratégie choisie était bonne, la puissance de la Porsche faisant le reste. La 203 n’a pas « gagné » beaucoup de RTs mais elle été bien placé chaque fois ce qui l’essentiel dans un rallye de régularité.

Van Houdenhove- Aubertin un très bon début de parcours

Alors que Jean-Noël Van Houdenhove (Manta) mène les trois premières RTs, un problème dans la RT4 de Creppe va lui faire perdre tout espoir de bien figurer dans l’édition 2014. Pour Christian et Antonio, passer dans la Clementine était un rêve enfin réalisé avec en plus, cerise sur le gâteau, en réalisant, dans le terrible final, un passage à zéro.

Deplancke Filip et Julie de nouveau réunis dans la Porsche familiale

Stoumont, la chasse aux pénalités ...

La RT 5 de Stoumont allait être le premier tournant de l’édition 2014. L’équipage Crucifix / Caldeira prend le moins de pénalités et s’installe en tête du classement général. Philip Deplanke sur Porsche Carrera RS, deuxième à ce moment perdra lui-aussi toutes chances de gagner le rallye dans cette RT. C’est Yves Deflandre qui s’installa à la deuxième place mais qui perdra RT après RT du temps sur la Porsche Luxembourgeoise.

Van Rompuy - Vanoverschelde Opel Ascona y ont cru jusqu’au bout

Avant la tombée de la nuit, l’avance était montée jusqu’à 29,48 pts. Une petite erreur de la Porsche d’Yves Deflandre dans le deuxième passage d’Hardigny, lui faisait perdre le podium et permet à Dirk Van Rompuy de prendre la deuxième place. Daniel Reuter s’installera à la troisième place après son excellent résultat dans le deuxième passage de Cobru.

Le tournant de la nuit !

La RT 13 d’Hardigny sera le deuxième tournant de l’édition 2014. Alors que la Porsche 203 avait une avance confortable avant la nuit, elle a perdu une grande partie de celle-ci sur une erreur de pilotage dans le troisième passage d’Hardigny. La Porsche est arrivée beaucoup trop vite sur un changement de direction. Le dérapage, sur la boue, n’était pas très contrôlé et aux cris du public, on peut imaginer que celui-ci a aimé.
A la fin de ce troisième passage, la différence entre Christian Crucifix et Dirk Van Rompuy était passé à 9,96 pts et de 15,60 sur Daniel Reuter.

La Porsche 203 a continué à perdre encore un peu de son avance mais elle en a gardé assez pour passer le podium en vainqueur devant l’Opel de Van Rompuy et La Porsche de Reuter.

Vanderspinnen - Vanoverschelde l’ âge de la Cortina Lotus n’a pas fait la différence.

Un commentaire de Christian Crucifix en ce qui concerne le « travail » d’Antonio (son copilote) sur cette édition 2014 :
"Si Antonio a rencontré des légères difficultés dans un pays qu’il visitait pour la première fois, je pouvais compenser cette « lacune » par le fait que j’étais un « local » de l’épreuve.
Antonio, par contre, nous a encore fait la démonstration de sa virtuosité au BLUNIK II et la Porsche, dans ces conditions difficiles, nous a encore prouvé sa fiabilité, sa souplesse, sa tenue de route et sa puissance. Il faut retenir comme leçon qu’il est nécessaire de garder une « concentration totale » jusqu’à la fin du rallye."

Christian Crucifix

Réginald a fait valser la BMW de papa Togaert
Classements Legend Boucles de Spa 2014 catégorie "Classic"
Dufrasne - Dogne se sont bien amusés avec la Daf Marathon, il est vrai

Photos EDDY COPPEE

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.