Fabuleux jeu de piste dans les Vosges.

Raymond Collignon    2015-11-14 16:55:46   

Routes des Vosges 2015.


Les COLLIARD sur leur Alfa Romeo coupé Bertone 1972. Superbes troisièmes et premiers Français.

On sait que Michel Thomas, l’organisateur de ce rallye de légende est un vrai « sorcier des cartes », capable, sans tricher, de piéger les plus forts. Pour les grands équipiers de navigation participer à ce rallye tient donc du défi, chacun se remet en question en espérant secrètement le graal de la victoire. Cette année les Lambert, Lienne, Colliard, Damseaux, Delincé, Sussot, Colliard, Delince et autres spécialistes étaient donc bien présent pour cette 18 ième édition dont le départ était donné à Epinal.

Une vraie Aston Martin « Le Mans » de 1933 au départ. Elle terminera l’épreuve avec son équipage suisse SUTER CARLA, un vrai exploit !

23 Octobre : Un prologue de 80 kms. Une mise en bouche juste pour apprendre.

Le prologue n’est pas obligatoire, c’est juste une mise en bouche à laquelle il vaut mieux participer pour bien se remettre en main « l’esprit de Michel ». Le Road Book comprend déjà en germe tous les pièges qu’il faudra déjouer le lendemain. Nous avons engagé la Volvo Amazon Automag, Arnaud Van Der Meulen prend pour la première fois place dans le baquet de droite de la sportive suédoise. L’équipe s’entendra à merveille tout au long de ce long rallye de navigation à moyennes contrôlées.

Le « clan des Amazon ». Celle de DUFRASNE DOGNE s’en tirera très bien en Classique.

Quittant la capitainerie du port d’Epinal cela commence fort, le road Book reprend déjà en condensé tous les systèmes de navigations utilisés pour le « grand rallye » : cartes à tracer, cases inversées, fléchés inversés, cartes anciennes avec passages obligés, étapes de régularité, moyennes variables données sur table, mosaïques, un beau panel qu’il est utile de se remettre en tête.

A la queue-leu-leu au contrôle de passage « à la pince », SIMONIS DAMSEAUX mènent la danse ; Arnaud VANDERMEULEN attend que Didier SIMONIS ait perforé sa carte (photo : Alain Patrice)

L’arrivée à La Bresse, à la nuit tombée, se fait via le col de Grosse pierre, tout s’est bien passé pour la plupart, experts et classiques réunis. Les sujets de conversations à l’apéro sont déjà multiples…personne ne se plaint mais quelle belle ébauche d’un vrai rallye proche d’un aventureux jeu de piste !

Michel Thomas au micro, le sorcier des cartes donne ses instructions. Son comparse montre un panneau CP AUTO à pince. C’est eux qui vont principalement déterminer le classement.

Samedi 24 octobre, C’est parti…

Dans l’ordre des numéros, le rallye démarre vraiment quittant La Bresse, il faut gratter les parebrises, le givre recouvre les voitures frigorifiées par une nuit de gel. On attaque vite les premières RT à moyennes variables imposées sur table, pas question de Blunik ici, il ne sert à rien !

Les Suisses SCHORNO BEDSCHART sur leur Maserati Mistral de 1966, la reine du frein à main, spectaculaire et efficace.

On pénètre dans les Vosges profondes à travers les routes étroites des grandes forêts mordorées par l’Automne. Les cartes sont difficiles à interpréter, on tournique dans tous les coins en passant sans transitions des cartes aux schémas, souvent inversés. Les équipiers sont mis à rude épreuve, Arnaud, se concentre, joue, interprète…

La VOLVO en appui s’amuse sur ces petites routes qu’elle adore, en souvenir de la « Transnight » (photo : Alain Patrice)

La Volvo s’amuse sur ces petites routes qu’elle adore, souvenirs de la transnight, elle est plus maniable qu’il n’y parait, d’épingles en longues courbes elle se permet même une petite bourre avec la superbe Maserati Mistral de Schorno. La belle italienne, très bien pilotée, s’embarque au frein à main dans les épingles, c’est un beau spectacle que nous dégustons en la suivant en « life » mais sans nous payer les mêmes fantaisies.

Après une bonne matinée de travail, nous arrivons à Ranspach pour le repas, les ravitaillements et assistances. Le train est élevé même si les moyennes imposées sont raisonnables, une petite erreur et c’est la course à la recherche du temps perdu !

Nous privilégions la navigation en allant chercher le maximum de contrôles de passages mais nous pointons plusieurs fois en retard, nous ratons aussi un des CP les plus facile du rallye caché le long de la route par d’autres voitures…

Retour à la Bresse… les « vieilles cartes »

La « sorcier des cartes » sort de temps en temps de son chapeau des cartes aux odeurs anciennes, n’hésitant pas même à y gommer certaines routes, le jeu de piste génial continue ! Le retour vers la Bresse à travers l’Alsace est très sportif. LAVAL, LES ERRUES, VOLOGNE, des noms qui sentent bon le terroir, entre Munster, choucroute et foie gras !

Les vainqueurs Joseph et Patrick LAMBERT. Joseph cèdera sa coupe à Patrick LIENNE , qu’il considère comme le vainqueur moral de l’épreuve (photo : Alain Patrice)

Les plus forts dominent Joseph et Patrick Lambert dans leur BMW 2002 mènent devant Jominet et Lienne alors que derrière les Colliard, Simonis, Damseau se tirent la bourre. Chapeau à ces spécialistes qui arrivent à passer partout dans les temps !

AGHINA RUPPERT, un couple très sympathique venu du Luxembourg, remporte la catégorie Classique avec leur Autobianchi Abarth. Des habitués que l’on a déjà vu aussi en FERRARI 308.

En catégorie « CLASSIQUE » la petite Autobianchi A 112 Abarth du couple Aghina- Ruppert dominent, dans cette catégorie, même si la navigation est plus facile, le rallye n’est pas une promenade de santé, il faut tracer les cartes et déjouer les pièges d’un road book à peine simplifié. Dans cette catégorie un très bon équipage Bernard Robinet et Christian Delferier doivent abandonner sur de problèmes électriques. Christian, le champion, prend cela avec philosophie…il en a vu d’autres dans sa carrière…

Dimanche 25 la fin du rallye… une matinée bien remplie.

Le brouillard est tombé sur les Vosges, les montagnes se cachent dans une épaisse grisaille, quelques gouttes de pluie se faufilent à travers les nuées…
On réattaque les routes forestières qui deviennent encore plus des chemins, portant bien leurs noms : « chemin des hauts rupts » « Chemin de la basse poussière », on est en pleine forêt et les arbres, bordant la route, portent souvent le signe d’itinéraires VTT !

GERARD-NIESSEN Ford Cortina GT

Cette dernière matinée se termine par un jeu de piste sur cartes en « mosaïque » où les plus forts se paument. Joseph Lambert avouera à l’arrivée qu’il s’était complètement perdu dans cet imbroglio dont il s’était sorti en suçant la roue de… Patrick Lienne à qui d’ailleurs il offrit sa coupe de vainqueur à l’arrivée.

Pour nous malheureusement, cela tourne mal, alors que tout est fini, à 12 kms de l’arrivée, la Volvo casse un arbre de transmission dans un violent fracas ! Nous ne pouvons lui en vouloir car c’est des premiers abandons de sa très longue carrière.
Nous sommes quand même classés vingtième mais c’est anecdotique « L’important étant de participer ! »

Victoire des Lambert Joseph remet sa coupe à Patrick !

Victoire morale aux Routes des Vosges avec la terrible Saab de Michel Jominet copiloté par Patrick Lienne.

Joseph Lambert en gentleman gagne ce rallye mais remet donc sa coupe à Patrick Lienne, vainqueur moral de cette superbe épreuve de navigation.

En catégorie classique le couple AGHINA-RUPPERT sur leur rapide Autobianchi A112 Abarth l’emportant haut la main.

Michel Thomas, sorcier des cartes frappe fort !

Michel, cet enthousiaste et authentique vosgien arrive avec sa petite équipe à tracer un beau rallye dans une région qu’il connait comme sa poche.

Ce « sorcier des cartes » a frappé fort, le jeu qu’il joue avec les meilleurs équipiers est à chaque fois un défi dont il sort à nouveau vainqueur puisque cette année encore les premiers ont plus de 200 points de pénalité, les quatrième, Simonis-Damseau, dépassant déjà les 2000 points !

A quand la victoire à 0 ?

Ce n’est pas pour demain car Michel Thomas, le regard goguenard, fomente déjà d’autres armes…

Raymond Collignon.

- LES CLASSEMENTS - CORRECTIONS CP - PHOTOS

Vos commentaires

  • Le 16 novembre 2015 à 16:26, par Etienne van den Neucker En réponse à : Fabuleux jeu de piste dans les Vosges.

    Félicitations à Raymond Collignon pour ce compte rendu toujours aussi intéressant.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.