La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

Didgé    2005-07-14 00:00:00   


De la motocyclette à l’automobile.

1902, descendant d’une famille de sidérurgistes belges installés en Allemagne, Adrien Gustave Piedboeuf s’installe sur la terre de ses ancêtres à Liège, rue de Fragnée.

Fin 1903, il crée la société A.G. Piedboeuf-Dawans et Cie qui construit essentiellement des motocyclettes.

Cependant, depuis longtemps, Adrien n’a qu’une idée : la construction automobile. Progressivement il abandonne les « 2 roues ». Il fait venir l’ingénieur allemand Paul Henze, c’est avec ce dernier qu’il concevra les premiers modèles de la marque Piedboeuf-Impéria.

Une des premières Impéria.

Les premiers salons.

C’est à l’occasion du salon de Paris de 1906 que l’on entend pour la première fois parler des ateliers Piedboeuf. Face aux constructeurs français et étrangers, les débuts sont modestes. Seuls deux châssis sont exposés. Un 24-30 HP à cardan, 4 cylindres jumelés de 4,9 litres et un 50-60 HP à chaînes de 10 litres fabriqués avec des aciers spéciaux à haute résistance.

La presse spécialisée est enthousiaste et vante la belle finition ainsi que le prix « raisonnable ». Mais ne soyons pas dupes, à cette époque la voiture est l’apanage de quelques privilégiés.

En janvier 1907, Impéria est présente au salon de Bruxelles. Le stand est plus étoffé qu’à Paris. On peut notamment y admirer un modèle de conception particulièrement moderne : le 16/20, un châssis en tôle emboutie qui a la particularité de posséder des rangées de billes aux 3 coudes de l’arbre de vilebrequin, ce qui lui donne une douceur de roulement étonnante.

La présence d’Impéria à Bruxelles va lancer la marque. Elle sera rapidement reconnue comme une voiture de qualité en avance sur son temps.

Le stand Impréria au salon de Paris.

Nessonvaux.

Les commandes augmentant sans cesse, l’atelier de fragnée devient vite trop exigu. En 1907 Piedboeuf rachète l’usine Pieper de Nessonvaux près de Verviers et y installe de nombreuses machines sophistiquées sur une surface de 7.000 mètres carrés.

En décembre, les premières productions conçues dans les nouveaux locaux sont présentées au salon de Paris. Le stand Impéria est l’un des plus vastes.

En 1910, l’usine occupe plus de 300 ouvriers et produit trente châssis par jour.

Les Etablissements Piedboeuf à Nessonvaux.

1912, la fusion avec Springuel et l’association avec Abadal.

En juin 1907, est créée à Huy, la société des automobiles Springuel. Jules Springuel, le fondateur est ingénieur civil et passionné de mécanique. En 1909, il obtient un vif succès au salon de Bruxelles. Y sont exposées notamment une 16/20 à cardan et une 24/30 à chaînes.

La marque évolue jusqu’en 1912 date de la fusion avec Impéria. L’entreprise s’appelle désormais : Springuel-Impéria sa. Adrien Piedboeuf en restera actionnaire mais prendra du recul par rapport à la nouvelle société. Il meurt le 16 septembre 1919.

Peu avant la guerre 14-18, un contrat important est signé avec le constructeur Catalan Francisco Abadal ce qui offre des débouchés vers l’Espagne et l’Amérique Latine.

Malheureusement, la Grande Guerre stoppera la croissance d’Impéria. Les Allemands s’approprieront même les machines et les châssis.

Une Impéria Abadal.

L’ère Van Roggen.

Mathieu Van Roggen est propriétaire depuis 1913 de la marque d’automobiles ATA. En 1919, il prend le contrôle du groupe Impéria.

Après la guerre, tout est à refaire. Il faut racheter des machines et engager du personnel. Peu à peu, l’usine reprend son activité. On y répare notamment des véhicules des armées belges et alliées.

Elle ne se remet réellement en marche qu’en 1922. Parmi les ingénieurs engagés se trouve un ancien chef des services d’études de la FN, Arnold Couchard. Il deviendra rapidement l’âme d’Impéria. Il mettra au point un modèle dont l’originalité résidait dans le fait que le moteur n’était pas doté de soupapes, l’Impéria-Tili. Grâce à lui et à Van Roggen, la marque restera dans le peloton de tête de l’industrie automobile belge.

Fin des années 20, la conjoncture est difficile pour l’industrie automobile belge. Elle doit faire face à la crise économique et lutter contre la concurrence américaine. Ford, Chrysler, Buick et bien d’autres s’installent sur le marché européen.

1927, Mathieu Van Roggen essaye de regrouper les constructeurs belges pour lutter contre l’importation américaine. Impéria rachète les sociétés Excelsior de Saventhem (avec un S au lieu du Z à l’époque), Auto-métallurgique de Marchienne Au Pont et Matthys Frères et Osy de Bruxelles. La Société Anonyme des Automobiles Impéria-Excelsior est née, son siège social est toujours situé à Nessonvaux.

Après cette fusion, il subsiste 2 grands groupes en Belgique : Impéria-Excelsior et Minerva-FN.

Van Roggen et Couchard au circuit de Belgique.

La piste d’essai.

Jusqu’à cette époque, les essais se déroulaient sur routes mais les riverains se plaignaient du bruit et du danger. Pour remédier à cet état de choses, les dirigeants d’Impéria décidèrent de construire une piste d’essai. L’usine étant coincée entre la Vesdre et la route, Il restait peu de possibilité d’expansion. Il faudra trouver une solution originale. La piste à virages relevés, d’un kilomètre de développement, sera construite partiellement sur les toits de l’usine.

L’idée avait été reprise de l’usine Lingotto de la FIAT à Turin. Des pointes de 140 Km/H seront chronométrées sur cet anneau de vitesse.

La piste d’essai en construction.

La crise mondiale.

1931, l’industrie automobile belge est frappée de plein fouet par la crise mondiale. Impéria n’y échappe pas.

Pour tenter de survivre, un accord est trouvé avec l’Allemand Adler pour la construction du modèle Trumpf. C’est une traction avant de bonne qualité mais qui n’aura pas le succès de la Citroën Traction.

Entre-temps, la société change une nouvelle fois de nom, elle s’appelle désormais « Société Nouvelle des Automobiles Impéria » et va se diversifier en produisant notamment des machines-outils.

En 1935, Mathieu Van Roggen rachète ce qu’il reste de Minerva victime d’une faillite. Le groupe prendra le nom de Minerva-Impéria. Il devient le plus puissant du monde automobile belge.

Dessin de la 2 portes Mouette sortie en 1932.

La Seconde Guerre Mondiale et le déclin.

Début 40, Van Roggen cède le contrôle de l’entreprise au groupe lainier Verviétois Hauzeur-Gérard.

Dès le début du conflit, les Allemands occuperont l’usine. Pendant quelques temps, la production se poursuivra. Il sera possible d’acquérir une Alouette T.A.-7 ou une Jupiter T.A.-11. Cependant, à partir d’août, les bâtiments seront réquisitionnés. Ils serviront à la réparation et à l’entretien des véhicules de l’occupant.

A la libération, la société trouve un accord pour l’importation en Belgique des voitures anglaises Standard et Triumph. En 1947, sort la dernière Impéria, la T.A.-8. C’est un modèle sportif équipé d’un moteur Hotchkiss-Amilcar de 1300 CC. Peu de véhicules seront vendus et le conseil d’administration décidera d’en stopper la construction en 1949.

A partir de cette époque, l’usine montera encore les très sportives Triumph TR 2 et les Vanguard ainsi que les motos Adler. Elle poursuivra également ses activités dans les machines-outils.

L’année 1958 marque la fin de l’aventure, Standard Triumph décidant de monter ses modèles dans sa nouvelle usine de Malines.

Cette année là, l’attention de la Belgique est braquée sur l’Exposition Universelle de Bruxelles, on parlera à peine de la disparition d’un des fleurons de l’industrie automobile nationale. Après plus de 50 ans d’activité, Impéria fermait définitivement ses portes.

L’Impéria TA.11, type Jupiter.

Impéria et la compétition automobile.

Dès sa création, Impéria prit part à des compétitions automobiles. En 1906 à Spa, elle participe à sa première course mais la voiture engagée, une 24/30, doit abandonner.

C’est en 1908 au Ventoux en France, que la firme de Nessonvaux signe sa 1ère victoire. En 1909 elle remporte la coupe d’Ostende. En 1913, les Impéria prennent les 3 premières places à Huy et gagnent de nouveau à Ostende.

C’est une Impéria-Abadal qui passe la ligne en gagnante au Grand Prix de Belgique de 1922. Van Roggen remporte le rallye de Monaco en 1925. Citons également des victoires au « Liège-Nice-Liège » en 29 et au « Liège-Chamonix-Liège » en 1934.

La présence et les succès remportés par Impéria firent beaucoup pour sa notoriété.

Van Roggen et Couchard dans la voiture 8-25 HP carrossée course lors d’une épreuve de record.

A lire : « Impéria, un empire automobile belge 1904-1958 » de Michel Bedeur.
- couverture cartonnée rigide, 285 pages, format 24x30 cm.
Retrouverez cet ouvrage dans notre librairie automag : ... idée Cadeau ...

- le livre est vendu au prix de 50 ? (+10 ? frais de port recommandé en Belgique).
- les 2 volumes en coffret sont laissés à 90 ? (+15 ? frais de port recommandé en Belgique).

Le livre de Michel Bedeur : un travail de 10 ans de recherches.

Vos commentaires

  • Le 15 janvier 2005 à 01:28, par Jigé En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Bonjour, plutôt que le
    "Dessin de la 2 portes Mouette sortie en 1932."
    je peux proposer une photo de ce modèle,datant des années 50, avec ma maman (une vingtaine d’années à l’époque)à son volant, bras à la portière...
    Me contacter pour publication, merci.

  • Le 16 février 2005 à 22:59, par LE GALIARD En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Les voitures Belge sont encore vivante.

    Pour info allez sur WWW.MINERVA4X4.COM

    Félicitations pour le travail de mémoire.

    Christophe Le Galiard

  • Le 14 mai 2005 à 17:32 En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Bonjour,

    Article très intéressant...
    Quelqu’un peut il me dire ou je pourrais trouver d’autres photos des Impéria, et si possible celle du ou des logos de la marque ?
    Si vous voulez me contacter, voici mon adresse e-mail : frederic.vanantwerpen.com

    Merci beaucoup.

  • Le 5 juin 2005 à 17:54 En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Mon adresse est pas frederic.vanantwerpen.com, mais frederic.vanantwerpen gmail.com.

    Désolé pour ceux qui ont éssayé de m’envoyer quelque chose si c’est le cas.

  • Le 16 octobre 2005 à 01:36 En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    super inoubliable

  • Le 8 novembre 2005 à 17:59, par Ackaert Joseph - Brugge En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Cher monsieur,
    Je possède une photo de la voiture Impéria décapotable , achtée par mon père , les années 1946-47 ???
    ( Mon père était mécanicien , et tenait un magasin de vélos , vélomoteurs et motos .)

    Dites moi si vous désirez de l’avoir , et comment je peux poster une photo à votre adresse.

    mon e-mail : joseph.ackaert telenet.be

    Salutations distingées

  • Le 26 novembre 2005 à 17:06, par M En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    voir site Impéria.be.tf

  • Le 26 novembre 2005 à 17:09, par M Bedeur En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Mon adresse est
    Michel Bedeur
    27 sur le tombeux
    4821 Andrimont
    Email mbedeur gmail.com

  • Le 4 décembre 2005 à 12:21 En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Qui peut me donner des infos sur Mathieu Van Roggen et sa famille(ascendants et descendants) ?
    catherine.henry proesavo.com

  • Le 27 décembre 2005 à 13:25, par François de Neuville En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Article très intéressant.
    En fait,ma grand-mère parternelle est née Springuel et était la cousine germaine de Jules Springuel dont l’entreprise fusionna avec Impéria en 1912.
    Elle épousa mon grand-père Paul de Neuville et eut 5 enfants.
    J’ai 4 photos de voitures Springuel qui datent d’avant la fusion avec Impéria. Ces photos sont différentes de celles qui se trouvent dans l’excellent ouvrage "Histoire de l’automobile belge" des Kupélian. Ces photos ont été reproduites en 1975 à l’occasion d’une réunion de famille chez un de mes oncles Springuel.
    Par contre, je ne dispose d’aucune photo de Jules Springuel et, par ailleurs, il semblerait que, contrairement aux Nagant et aux Impéria ainsi que d’autres marques belges, il n’existe plus le moindre exemplaire de voiture Springuel ou Impéria-Springuel au monde. Est-ce bien exact ?
    Pour la petite histoire, mon père, André de Neuville, a cru longtemps qu’une vieille Springuel avait été stockée dans un garage du 32 rue des Augustins à Huy où habitaient ses grands parents Springuel mais ma grand-mère l’en aurait détrompé à la fin de sa vie. Il s’agissait d’une voiture d’une autre marque (belge ou autre) mais n’a su dire laquelle.
    Maintenant, avait-elle raison ?
    En effet, elle ne s’intéressait guère à l’automobile.

    François de Neuville
    allée Haute Colline 24
    4052 Beaufays
    GSM : 0477/920846
    email :deneu tiscali.be

  • Le 9 janvier 2006 à 22:47 En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Bonsoir,

    je suis un des petits-fils de Jules Springuel (né à Anvers en 14/01/1914 est décédé à Kapellen en 1988)).

    Votre réaction m’intéresse beaucoup parce que mon arrière-grand-père, Léon Springuel - que j’ai malheuressement jamais connu - était le cousin de Jules Springuel.

    Il etait aussi occupé dans le secteur d’automobille. Il avait une sorte entreprisse de transport. Je crois à Nieuwpoort.

    Peut-être votre grand-mère est la soeur de mon arrière-grand-père. Il avait une soeur, Aline Springuel.

    Pour réagir à votre question, ma grand-mère a encore quelques anciennes photos de la famille de "Springuel".

    Peut-être encore une de Jules Springuel. Je la demanderai (mais je crois pas ...)

    Puis-je vous contacter encore pour faire une copie des photos de l’automobile.

    Enfin, je m’excuse pour mon français. Je ne suis pas tout à fait bilingue.

    Peter Geeraerts, Brasschaat

  • Le 22 février 2006 à 14:45, par Jan En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    j’excuse, mais mon Francais ets tres mauvaise, je veux continue en Hollandais.

    Peter, mag ik je e-mail adres ? Ik kan je nog wat info geven over Springuel auto’s. O.a. een beeld van een GP auto.

  • Le 3 avril 2006 à 15:44, par Michel Bedeur En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Bonjour
    Je viens de lire votre message, je suis l’auteur du livre "Impéria, un empire industriel" et je serai intéressé par vos photos.

    Comme vous l’avez certainement lu dans mon livre, il existe encore une Impéria Abadal, dans un musée au Portugal, mais peut-être, y en a -t-il encore en Espagne ? je cherche toujours

    Michel Bedeur
    27, sur le Tombeux
    4821 Andrimont
    Belgique
    mbedeur gmail.com
    Mon site sur les automobiles Impéria est imperia.be.tf

  • Le 3 avril 2006 à 15:46, par Michel Bedeur En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Bonjour
    Je viens de lire votre message, je suis l’auteur du livre "Impéria, un empire industriel" je serai intéressé par vos photos.

    Comme vous l’avez certainement lu dans mon livre, il existe encore une Impéria Abadal, dans un musée au Portugal, mais peut-être, y en a -t-il encore en Espagne ? je cherche toujours

    Michel Bedeur
    27, sur le Tombeux
    4821 Andrimont
    Belgique
    mbedeur gmail.com
    Mon site sur les automobiles Impéria est imperia.be.tf

  • Le 3 avril 2006 à 15:50, par Michel Bedeur En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Bonjour
    Je viens de lire votre message, je suis l’auteur du livre "Impéria, un empire industriel" je serai intéressé par vos photos.

    Michel Bedeur
    27, sur le Tombeux
    4821 Andrimont
    Belgique
    mbedeur gmail.com
    Mon site sur les automobiles Impéria est imperia.be.tf

  • Le 7 juin 2006 à 19:00 En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    BONJOUR FAISANT DES RECHERCHES GENEALOGIQUES SUR MA FAMILLE BASTIN , JE CHERCHE PHOTOS, IMAGES, ARTICLES OU N’IMPORTE QUOI SUR EDMOND BASTIN 1886-2004°QUI A TRAVAILLE CHEZ LANCIA PUIS CHEZ MERCEDEZ ET POSSEDE AUSSI UNE PHOTO PARUE DANS LES SPORTS ILLUSTRES DE 18/8/1922 OU L’ON VOIT LE BARON "TORNACO ?"VAINQUEUR SUR UNE IMPERIA ABADAL DE FRANCORCHAMPS MALMEDY AVEC MON PARENT EDMOND BASTIN... IL PARAIT QU>IL SE RENDAIT REGULIEREMENT AU PALAIS ROYAL FOURNIR LA COUR EN LANCIA ? VERSLES ANNEES 1950-55 ? EN AVEZ VOUS TRACE ?
    MERCI DE ME REPONDRE RAPIDEMENT OU ME DIRE OU JE DOIS CHERCHER
    danielle de smet chemin des cavaliers 134
    1780 wemmel
    dands skynet.be ceci dans le but d’illustrer mon recueuil généalogique

  • Le 15 août 2006 à 14:58, par Jan En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Je n’avez pas votre livre. Je suis intereste dans achetez vorte livre. Contacte moi dans mon website www.deautogids.nl. Peut-etre nous avons exchange des photos ?

  • Le 19 octobre 2006 à 14:23, par Thierry En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Bonjour,
    je cherche des informations et photos liées à la collaboration Impéria-Voisin pendant l’entre-deux-guerres.
    Et ce pour enrichir mon site web dédié aux automobiles Avions-Voisin.

    Merci par avance
    Thierry
    http://perso.orange.fr/automobiles-...

  • Le 19 octobre 2006 à 19:16, par Dekeyser En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Messieurs,
    Le site "investir en Flandre" rapporte que c’est la Flandre qui a construit les Imperias et autres Minervas. Oufti !

  • Le 20 octobre 2006 à 09:48, par Thierry En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Bonjour, je cherche des informations et photos liées à la collaboration Impéria-Voisin pendant l’entre-deux-guerres. Et ce pour enrichir mon site web dédié aux automobiles Avions-Voisin.

    Merci par avance Thierry http://perso.orange.fr/automobiles-...

    (nouvel envoi de mon message posté par erreur en réponse à un autre)

  • Le 13 décembre 2006 à 18:47, par Yann Gossart En réponse à : Moteur de TA-8

    Bonjour,
    je suis à la recherche d’une culasse, ou d’un moteur complet type B67, moteur Hotchkiss qui équipait les Imperia TA8 entre 1947 et 1949.
    Merci de m’indiquer si vous possedez ou connaissez des voitures de ce modèle qui roulent ou existent encore.

    Yann Gossart

  • Le 21 janvier 2007 à 09:46, par Varo En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Bonjour, je possède une plaque émaillé Impéria . pourriez-vous me dire pourquoi les marques Alpha-Roméo,Bussing et Standart Triumph se retrouvent-elles sur la même plaque.Existait-il des alliances entre ces marques.
    Si vous voulez une photo de la plaque, envoyez moi votre adresse email.
    Merci .Varo

  • Le 22 janvier 2007 à 16:22 En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Bonjour,
    Toutes ces marques ont été montées chez Impéria à Nessonvaux
    Surtout Standard et Triumph.
    Quelques Alfa et quelques autobus Büssing

    Michel Bedeur
    pour une photo de votre plaque, voici mon mail

    mbedeur gmail.com

  • Le 22 janvier 2007 à 16:25 En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Bonjour,

    On a très peu de renseignements sur l’association.
    Tout ce que je sais est dans mon livre sur l’histoire d’Impéria.
    Arnold Couchard qui était ingénieur chez Impéria à été à l’usine Voisin durant le peu d’année de la collaboration.
    Si vous vous avez des rensignements mon adresse est en réponse à la question précédante.

    M. Bedeur

  • Le 25 février 2007 à 22:15, par benoit morimont En réponse à : > La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    bonjour Peter, je suis aussi de la famille Springuel, et j’ai une bonne documentation sur le sujet, cela m’interresserai de voir les photos que tu as.

    Benoit Morimont

  • Le 1er mai 2007 à 16:26, par Françoise MEUNIER En réponse à : La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Je m’appelle Françoise MEUNIER. Je fais des recherches généalogiques. Mon grand’père, M. Maurice MEUNIER et son frère M. Edmond MEUNIER ont travaillé chez Minerva et/ou Imperia. La légende familiale raconte que c’est mon grand’père qui est allé personnellement livrer la Minerva du roi Albert Ier.Mon grand’père possédait lui-même une Voisin et était en relations commerciales avec le carrossier D’Ieteren.
    Mon père et ma grand’mère sont décédés et je n’ai pas d’archives à ce sujet.Qui peut m’aider ?
    Merci d’avance

  • Le 17 juillet 2007 à 22:20, par Luc GERARD En réponse à : La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Bonjour, les batiments existent-ils encore et dans l’afirmative est-il possible de visiter le site ? Où dois-je m’adresser ?

    A vous lire.

  • Le 18 septembre 2007 à 23:53, par Jean Claude Couchard En réponse à : La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Bonjour,
    je souhaiterais creer un comité en vue de réaliser un musée de l’automobile avec le reste des bâtiments IMPERIA de nessonvaux.
    Si par vos fonctions vous pouvez aider à cette réalisation merci de prendre contact.

  • Le 27 février 2008 à 09:21 En réponse à : Impéria renaît ...

    ... et est particulièrement réussie.

  • Le 5 juin 2008 à 22:01, par mcgyver 6 En réponse à : La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    bonjour,m appelle jean -marc gaspard. Passionné par le passé industriel de ma ville, entre autre par le constructeur automobile springuel, par ma passion qui est la sculpture j’ai realisé une replique à 1/225ime de la spinguel 12 hp exposée à huy rue de la motte en face du château spinguel. Pour plus d’info contactez moi, jean-marc-gaspard hotmail.com

  • Le 22 juillet 2008 à 12:11, par labeye jean-louis En réponse à : La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    bonjour je possede 2 jantes en bois de voiture impéria je voudrais les vendre cela vous intéresse t’il voici mon n’ de gsm 0476/635323 bav

  • Le 10 décembre 2008 à 01:48, par nuvolari1 En réponse à : La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    J’ai des photos d’Impéria Abadal, de FN et de Minerva, carrossées par Lefebvre et Heuvels de Courtrai, complètement inconnu de nos jours ! : elles seront en enchères sur ebay.fr, sous mon pseudo jalna11 dès ce jeudi 11.12.08. Si vous en voulez copie, donnez moi v/mail. Hervé

  • Le 7 juin 2009 à 12:22, par Marcel En réponse à : La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Recherche pour moteur sans soupapes IMPERIA 6 cyl 1932 :

    1) L’ordre d’allumage
    2) Le schema de montage de la chaîne de distribution.
    Le moteur n’ettend que ces renseignements pour démarrer.
    La voiture est son proprietaire vous en remercie !! Marcel

  • Le 11 juillet 2009 à 16:58, par jean Claude Couchard En réponse à : La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Monsieur Marcel, bonjour.
    Je viens de trouver votre demande concernant l’odre d’allumage du moteur sans soupape.
    Comme mon grand-père, Arnold Couchard, était le concepteur de ce moteur, je recherche et si je trouve réponse à vos questions je vous les ferais parvenir par l’intermédiaire de ce site.

  • Le 28 septembre 2009 à 19:22, par Christian Dehotte En réponse à : La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Toujours intéressé par Imperia ! Je rappelle qu’il existe une Standard 1947 vendue à Marche, à Les Tailles (Houffalize). Je cherche désespérément une Imperia miniature. Quelqu’un peut-il m’aider ? Je sais qu’il en a existé ! Merci

  • Le 18 mars 2010 à 18:48, par Roger Dawans En réponse à : La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    A l’attention de Mr.Bedeur
    Mon grand père Louis Piedboeuf est le frère d’Adrien.
    Ils sont nés en Allemagne à Dusseldorf car la famille Piedboeuf originaire de Jupille ou ils avaient créé une chaudronnerie qui fabriquait des chaudières à vapeur déjà en 1850. Et aussi une brasserie qui est devenue Inbev.
    Lorsque le charbon a été découvert à Aachen, ils ont construit une chaudronnerie à
    Rode Erde puis une autre à Dusseldorf (pour fournir la Rhur).
    Adrien et Louis sont les seuls membres de la famille Piedboeuf d’Allemagne a ètre revenus s’installer en Belgique. Pour plus d’infos sur les Piedboeuf voir "Les wallons pionniers de l’industrie allemande" par Hans Seeling.

    R.Dawans

  • Le 3 août 2010 à 05:26, par Christian DELFOSSE-LECLERCQ En réponse à : La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Bonjour monsieur Dawans, Je souhaiterais entrer en contact avec vous afin de parler de votre grand-père, Louis PIEDBŒUF. Cette requête est assez urgente. Merci infiniment d’avance. Adresse courriel : cdl44@skynet ;be Christian DELFOSSE-LECLERCQ

  • Le 2 novembre 2011 à 01:10, par Vivian Mary Catman-Royce En réponse à : La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    C est vraiment formidable je comprends enfin pourquoi mon arrière grand père Louis Piedboeuf père de ma grand mère Marese Piedboeuf avait ... M’a t’on toujours raconte et justement la 1Ere voiture Belge en Belgique ... Je suis l arrière petite nièce ....

  • Le 2 décembre 2013 à 10:38, par Guillaume En réponse à : La saga Impéria, histoire d’un du fleuron de l’industrie automobile belge.

    Je possède deux lithographies couleurs d’assez grande taille (60 x 24 cm sans les bords ) dont je suis convaincu qu’elles représentent l’Imperia 24-30 HP 1906 ,ayant été éditées par Bénard à Liège en 1906 .la ressemblance est évidente,à part les rayons des roues ( 10 au lieu de 12 ),erreur de l’artiste ou licence esthétique...
    Je souhaite vous les montrer mais je ne sais comment les ajouter à mon message ( pas de signe "pièces jointes...") .Elles sont superbes et je n’arrive pas à déchiffrer la signature de l’artiste.L’un de vous pourra peut-être m’aider....
    Je vais adresser les lithos en pièce jointe en e-mail à Mr Bedeur.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.