Montée Historique Forêt –Trooz, et le vainqueur est Geoffrey Leyon pour 0,2 seconde

Eddy Coppée    2016-05-31 18:56:27   

Montée Historique Forêt –Trooz : Une ultime montée disputée, Leyon devance Delhez pour deux dizième de seconde.


Etrange journée que cette Montée Historique disputée sous la pluie, malgré quelques rares apparitions du soleil. En matinée les montées ont laissé aux concurrents l’opportunité de garder les pneus slicks, malgré une pluie intermitante .

On a pu voir La Lenkin Grand Prix de Rugerro Troiani faire quelques montées, en restant prudent.

Les autres participants testant les réactions des voitures dans ces circonstances. Oldtimer se mélangeant avec Youngtimer encadrés par les amateurs de drift.

Un "melting pot" qui caractérise ces montées historiques. Lachés toutes les trente secondes les pilotes d’un jour s’en vont gravir les épingles de cette montée avec plus ou moins de brio faisant grimper l’adrénaline et en tentant de faire plaisir au public présent.
Champions de la glisse Junius et Gouwy laissent sur le bitume de larges arabesques tandis qu’un goût plus prononcé de pneumatique brûlé se dissipe peu à peu.

Au gré des montées, l’assurance des concurrents augmente et c’est à ce moment que les limites constituées par les rails de sécurité et les arbres bordant cette montée sont approchés.

Quelques sorties sans mal vont émailler cette Montée Historique, une Commodore GSE , une Opel et une Fiat vont regagner avant l’heure le parc fermé et leurs pilotes meurtris dans leur amour propre constatent alors les limites de leur passion tout en reconnaissant que le terrain était difficile.

Après la halte de midi c’est une pluie battante qui va accueillir les concurrents, obligeant les changements de pneumatiques, on n’est jamais trop prudent.
Lorsqu’arrive 16.30 Hrs il est temps de voir les Montées en Or. Les concurrents ont eu le temps de jauger leur matériel, les trajectoires.

Les caddors vont pouvoir montrer tout leur talent. Une vingtaine de voitures participent à cette montée. Les dix meilleurs vont être sélectionnés.
Bernard Herman est heureux : "Je suis sélectionné 10° , je compte bien me lâcher dans cette ultime montée".

Le top trois n’est pas pour moi.

Surprise le troisième chrono d’André Lausberg qui devance Bernard Cornet et sa Supercox.

La pluie a cessé et c’est parti pour la superfinale.
Cornet est réaliste il ne pourra rien faire contre les Escort Boy’s. La différence entre les deux Escort est pneumatique. Leyon a chaussé des Kumho , tandis que Delhez a des racing pluie.

Les voitures partent pour une dernière montée, mais la tension est trop forte et Leyon, comme Delhez commettent des petites fautes. Au final deux dizième de seconde séparent les deux pilotes.

Leyon est vainqueur.

Texte & photos : Eddy Coppée.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.