Piraux-Monard entrent dans la légende du Criterium Bianchi Historic

Eddy Coppée    2013-08-12 21:33:25   

BIANCHI HISTORIC RALLY


C’est une épreuve inédite que nous proposent les organisateurs du Bianchi historic rally cette année avec pour épicentre Couvin. Une partie vitesse avec les manches du RACB Rally Critérium, et le Belgium Historic Rally Championship, au menu trois passages sur les spéciales Couvin, Vierves-Treignes, Dourbes et Pesche. Une partie régularité qui débute le vendredi 2 août. Le directeur de course Cedric Pirotte connaît parfaitement les rouages de la régul et nous propose une première étape vintage de 350 km avec les plus belles spéciales de feu le Bianchi Rally, Sivry, Rance, Leval, Thirimont, Ragnies, Strée.

Cedric a trouvé en Tripy un allié parfait. La technologie de Tripy avec les dernières innovations 3G permettent de truffer les RT à souhaits de zones aux moyennes variables de 20 à 50 Km/h. Avec 300 prises de temps, dont 67 pour la première boucle, les difficultés sont nombreuses. Quelques contrôles humains complètent ces contrôles satellite.

Malgré cette approche très professionnelle, c’est un plateau un peu faiblard qui nous est présenté ce vendredi. Avec 15 engagés potentiels, quelques défections et c’est finalement une dizaine d’équipages qui prendront le premier départ. Parmi ces engagés on retrouve les érudits des rallyes de régularité. Reuter-Vandevorst, Crucifix-Lambert, Lempereur-Driesen, Beyers-Moors Piraux-Monard et D’Hoe-Vanoverschelde sont des inconditionnels de la discipline et trustent les victoires du challenge FBVA et autres HRC.

Ninane et Beyers

La météo est aussi parfaite, même trop , avec 36° au thermomètre extérieur, les voitures sont rapidement transformées en sauna mobiles.
Les concurrents sont immédiatement mis en face d’un parcours sélectif. Guidés par un roadbook alliant fléché métré et, non métré, pour faire la différence dans des endroits délicats , le rallye débute réellement à Rance.

Reuter-Vandevorst Porsche 914/6

Très rythmé, les concurrents ne vont guère admirer le paysage. Les pénalités pleuvent immédiatement aussi. Dans Leval, Eddy D’Hoe coupe un décomposé et prend 300 points. Crucifix-Lambert aussi ont fait trois erreurs, avec de belles valises à la clé. Brajkovic –Dufrasnes découvrent les difficultés du rallye. Les mécaniques souffrent aussi. Après des ennuis de carburateur au départ de Couvin, la Porsche 914 de Daniel Reuter voit son train arrière s’ouvrir, conséquence d’une sortie aux Boucles de Spa. Au regroup de Marbais les concurrents peuvent enfin décompresser. Les premiers classements sont rapidement disponibles .

Piraux-Monard sont en tête, devant Reuter-Vandevorst , D’Hoe-Vanoverschelde et Beyers –Moors. Belle prestation de Pierre-Yves Hendrickx qui dispute son premier rallye épaulé par son fils Maxime : « Il a été immédiatement dans le bain, mais pour une première ,avec les changements de moyenne c’est difficile, mais il s’en sort bien. La preuve, nous sommes bien arrivés à Marbais »

Pierre-Yves Hendrickx et son fils ont souffert.

C’est dans la nuit que repartent les concurrents, Ham Sur Heure, Donstiennes, les concurrents attaquent de gros morceaux. Quelques riverains mécontents perturbent le bon déroulement du rallye, cette attitude déplorable semble se généraliser, malgré les efforts des organisateurs qui imposent des moyennes basses lors des traversées de village.

Crucifix-Lambert Porsche 911

Renlies décomposée ...

C’est à Renlies dans la RT9 que Cedric Pirotte a trouvé un décomposé d’enfer. Les concurrents vont longtemps chercher la solution. Les points se multiplient et une sanction générale de 900 points est attribuée à tous les concurrents seuls D’Hoe-Vanoverschelde, y échapperont. Les ennuis continuent pour Reuter qui crève et casse la prise du tripmaster sur la roue avant : « Le temps de réparer nous avons perdu une heure. Sans Trip il était impossible de repartir.  »

Retour à Couvin, bilan de la 1ère étape.

De retour à Couvin, les concurrents font rapidement les calculs. En tête de cette première étape, Piraux-Monard sur la R5 ont bien géré les difficultés : « Nous nous sommes recalés à Renlies nous étions un peu perdus, depuis Solre Saint Géry. » D’Hoe-Vanoverschelde sont 2° « Malgré le jackpot de Renlies, nous nous en sommes bien sortis. Dommage ces 300 points. »

Dhoe-Vanoverschelde MGB V8

Beyers-Moors sont satisfaits : « C’est un peu long pour nous et il faut repartir demain, ce sera dur car nous aurons peu de repos. »

Brajkovic-Dufrasnes

L’aube se lève et la seconde étape attend nos concurrents !

De bon matin c’est un peloton de 21 équipages qui va découvrir une seconde étape aussi sélective que la première. Dès la forestière de Bruly, les écarts sont faibles. Ninane-Simon et Dorselaer-Marquet laissent quelques points dans la carrière de Bruly.

Crucifix-Lambert sont les plus réguliers. « Nous avons pris trop de retard hier. Nous ne pourrons pas revenir au classement ». Le rythme du rallye est perturbé par les sorties de route du rallye de vitesse qui nécessite de dégager les voitures. Transformant Jacques Evrard le vainqueur 2011 en spectateur avisé après avoir garé la Porsche dans le bas côté. Le Rt de Dourbes est à la hauteur et les concurrents apprécient à sa juste valeur les astuces locales mises en place par Cédric Pirotte particulièrement prolixe dans cette étape. Piraux-Monard et Dhoe-Vanoverschelde reprennent la tête de la course. Beau début de parcours de Malherbe-Werner et Meynart-Thirionnet .

Meynart-Thirionnet Ford escort 2000RS

Face à face : MGB GTV8 - R5 Group2

Au gré des Rt c’est un véritable "mano à mano" que nous offrent D’Hoe-Vanoverschelde et Piraux-Monard. La MgbV8 contre la R5 groupe 2.

Ils dominent de la tête et des épaules cette seconde étape. Reuter-Vandevorst restent 3°. Les crevaisons vont sanctionner aussi quelques équipages, les frères Coel, Ninane-Simon en feront les frais. Hermans-Peeters et Withouk –Fonnest ne peuvent suivre ce rythme endiablé. Ils mesurent aussi l’utilité de lire le copieux briefing écrit remis au départ.

Withouck-Fonnest Porsche 924

Baeten-Schroeder sur la Daf coupé ont aussi un peu de mal. Quelques surprises dans les RT avec la petite Escort de la famille Loquet qui malgré un manque de puissance réalise un beau parcours. Car sur ce type de parcours, avec les CP savamment placés, c’est bien de puissance dont ont besoin les équipages s’ils veulent bien figurer.

Loquet-Widal Ford escort 1300

Lempereur-Driesen aussi sont bien revenus. L’Alfa parfume les spectateurs de larges panaches de fumée, mais l’équipage reste concentré et arrive cette fois à prendre les lettres si bien dissimulées.

C’est exténués que les équipages rentrent à Couvin après ces trois boucles. Cédric Pirotte leur a prévu une dernière surprise sous forme que deux RT à disputer deux fois sur route ouverte à 50km/h de moyenne dont la course de côte de Presgaux. Les équipages restent concentrés car ces deux RT sont truffés de CP. Gardant la mesure Piraux et D’Hoe maintiennent leurs positions. D’Hoe –Vanoverschelde s’imposent finalement dans l’étape 2 mais Piraux- Monard remportent le Critérium Lucien Bianchi Historic . Après addition des deux étapes 250,58 points séparent les deux équipages.

Epilogue ...

Un Bianchi un peu triste vu le nombre d’engagés, reste la qualité du travail de Cédric Pirotte et les moyens qu’il a utilisé pour offrir un tracé exceptionnel. Il ne manque pas grand-chose pour faire de ce Bianchi une épreuve phare, juste un peu de convivialité et d’ambiance qui cette année ont cruellement fait défaut.

Les classements

Texte et photos EDDY COPPEE

LES 110 PHOTOS DU BIANCHI 2013 dans l’album Automag ...

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.