SPA SIX HOURS :Roger Wills et James Littlejohn imposent leur GT 40

Eddy Coppée    2015-09-25 19:27:09   


La tradition a été respectée !

Disputée ce samedi entre 16 et 22 heures, l’épreuve des Spa Six Hours Endurance a opposé plus d’une centaine de bolides et proposé un scénario à suspens, tandis que des conditions météorologiques typiquement spadoises l’ont transformée en parcours du combattant dans son dernier tiers, l’arrivée d’une pluie violente occasionnant plusieurs incidents et accidents, ce qui obligeait la Direction de Course à neutraliser assez longuement la course.
Heureusement, les cieux étaient plus cléments durant la dernière demi-heure, et la lutte pour la gagne a pu se poursuivre jusqu’au bout.

Avec une douzaine d’exemplaires sur la grille de départ, les Ford GT40 partaient une nouvelle fois avec les faveurs des bookmakers, mais ces six heures n’allaient pas être une formalité pour certaines d’entre elles.
C’est ainsi que la #8 de Voyazides-Hadfield était très vite ralentie par des ennuis de transmission, tandis que la #1 de Ellerbrock-Gläsel-Kelleners rencontrait des soucis de frein. Un ravitaillement exagérément long pour la #3 de Meins-Lillingston Price, un abandon pour cause mécanique au niveau des Combes pour la #6 de Wood-Stretton et un retrait tardif de la #12 de Lynn-Haddon, qui n’a plus voulu tenter le diable en fin de parcours sous la pluie, tout cela écrémait considérablement les rangs des GT40 de pointe.

La victoire allait dès lors se circonscrire entre la #34 du Néo-Zélandais Roger Wills et du Britannique James Littlejohn et la #16 des polemen Graf Marcus von Oeynhausen et Michael Funke.
Et en dépit d’un rush final de toute beauté du duo allemand, avec un Michael Funke qui a constamment fait étalage de sa pointe de vitesse durant le week-end, ce sont Wills et Littlejohn qui remportaient leur première victoire lors d’une épreuve de prestige disputée quelques jours à peine après le Goodwood Revival, preuve que les grands événements se bousculent sur la scène historique.

L’excellente surprise des Spa Six Hours 2015 venait de la Shelby Cobra des Hollandais David Hart, Nicky Pastorelli et Alexander Van der Lof, qui s’immisçait dans le peloton des Ford GT40 pour finalement compléter le podium et s’imposer dans la Classe GTS12.
Un top 3 longtemps revendiqué par la Jaguar E-Type #111 de Greensall-Thomas-Harris, avant qu’un accrochage à l’épingle de Bruxelles ne la renvoie dans les profondeurs du classement. Une autre Jaguar, la #63 superbement pilotée par Jon Minshaw et Phil Keen, complétait le top 5 général derrière la Ford GT40 #5 de Walker-Jordan-Griffith.

Signalons également l’exceptionnel parcours de la non moins magnifique Aston Martin DB4 GT ‘Project 214’ de Friedrichs, Lindsay et Mallock, qui croisait le drapeau à damier en 7ème position, tandis que la redoutable Lotus Elan 26 R Shapecraft de Schryver-Schryver-Twyman démontrait une fois de plus combien Colin Chapman avait vu juste avec sa philosophie ‘Light is right’, le petit bolide loupant le top 10 d’un petit rien, au beau milieu de bolides bien plus puissants, non sans s’imposer dans la Classe GTS10.

Les autres vainqueurs de classes étaient l’Aston Martin DB4 de Miller-Goble en Pré-61, la Porsche 911 de Bates-McInerney en GTS11 et la Ford Mustang de Yool-Wos-Garrett du côté des voitures de Tourisme.

Dans les rangs belges, on n’a une fois encore pas été prophète en son pays, Pierre-Alain Thibaut limitant la casse en 14ème position au volant de la Ford GT40 #15, loin devant la Porsche 911 #75 de Diederik Ceyssens et Geert Boels, 9èmes de la catégorie GTS11. Pour les autres, à l’image d’un José Close dont la Porsche 911 #41 se retrouvait… sur le flanc dans un bac à sable avec le concours d’une Ford GT40 de pointe, l’affaire a été nettement moins évidente.

L’incroyable triplé belge !

Si l’imparable doublé des Ford GT40 lors de la course des Spa Six Hours Endurance a constitué l’un des temps forts du week-end de prestige proposé par l’équipe de Roadbook sur le circuit de Spa-Francorchamps, la journée de dimanche a incontestablement été marquée par l’exceptionnel résultat de la seconde course du FIA Masters Historic Formula One Championship !

Après le doublé belge de la veille, avec une septième victoire de Loïc Deman (Tyrrell 010) devant Christophe D’Ansembourg (Williams FW07/C), on n’osait même pas croire qu’il était encore possible de faire mieux et voir les couleurs belges garnir l’intégralité des marches du podium.

Si Deman et D’Ansembourg remettaient le couvert sur leur piste de prédilection, Jean-Michel Martin (Tyrrell 010) allait être le troisième homme espéré, évoluant la majeure partie de la course en 4ème position, avant d’attaquer le Britannique Steve Hartley (Arrows A4), Champion en titre, dès le Restart consécutif à une courte neutralisation.

Au prix d’un passage magique dans le Raidillon, le papa de Maxime prenait l’aspiration de Hartley dans la montée de Kemmel, avant de doubler l’Arrows au freinage des Combes et croiser le drapeau à damier au 3ème rang.

Avec Loïc Deman, Christophe D’Ansembourg et Jean-Michel Martin réunis sur le même podium, c’est toute la Belgique du sport auto historique qui s’imposait !

Une bonne nouvelle en entraînant généralement d’autres, le retrait du Britannique Andy Wolfe (Tyrrell 011), sorti de la piste dans Blanchimont, permettait à Loïc Deman de prendre la tête du championnat avant la finale de Dijon dans deux semaines !

Quelques autres voitures pilotées par des Belges ...

Texte Com Vincent Franssen
Photos Eddy Coppee & Michaël Denison

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.