Une belle nuit dans les Cévennes...

Raymond Collignon    2008-11-29 14:59:21   

Cévennes classic GT2i - 14/11/2008


Pas loin des grottes des demoiselles, quasi au pied du mont AIGOUAL qui culmine avec ses plus de 1.5OO mètres au dessus des sauvages Cévennes, GANGES a des airs de villes bien sage pourtant en ce vendredi 14 novembre y ronflent les vieux moteurs... C’est le point de départ du GT2 I CLASSIC, un périple nocturne dans les Cévennes qui, plus encore que l’Ardèche, s’apparente à un vrai désert montagneux idéal pour ce genre de sport. Pourtant à y regarder de plus près, l’être humain, ce formidable animal a bien pris ses racines même en ce coin difficile ; s’agrippant au moindre lopin de terre, cultivant les rochers, faisant pousser l’herbe dans la minéralité glaciale des causses, l’homme s’est installé partout où cela était possible ! Serge RECOLIN est un hériter direct de ces lignées d’obstinés, il aime son pays , bougon, solitaire, fort en gueule, cœur sur la main aussi, c’est le maître de ce rallye inspiré en droite ligne du rallye des Cévennes des temps héroïques.

controle technique très professionnel à Ganges

Une soixantaine de voitures prennent le départ de cette épreuve nocturne dont les principales caractéristiques sont certainement de démarrer à 23 heures, presque au milieu de la nuit. –« C’était comme cela à l’époque ! » nous dit Michel Lapeyssonnie, la pipe à la bouche, ici au volant d’une Alpine A 31O mais ayant aussi piloté d’autres voiture du père Redelé dans les années 6O-7O quand il faisait partie des meilleurs pilotes amateurs.

Partir de nuit cela en refroidi plus d’un !

Réunir 68 courageux pour une épreuve cent pour cent nocturne dans un pays aussi sauvage, cela tient de la gageure. Pourtant, ils étaient bien là, ces courageux : des Belges habitués des folies, des Italiens sans complexe, une multitude de Français plus ou moins dans leur jardin, quelques Monégasques aussi dont TCHINE avec Nicolas GILSOUL en test de sa Renault 12 Gordini du futur Monte Carlo. Jean-Pierre NICOLAS est là avec une Renault Alpine des grands jours, ne parlons pas de Fiorito, Almeras, Lareppe, Lux, Versiglia etc… rien que du beau monde au départ !

"C’était comme çela à l’époque" nous dit Michel LAPEYSSONNIE, la pipe à la bouche, au volant d’une Alpine A310

C’est pleine lune, le froid est là, plongeant largement en dessous de zéro ; le mercure des thermomètres a le vertige…
L’itinéraire est très bien tracé sur les plus sinueuses routes du coin. La première spéciale met directement dans le bain plus de 2O kms sans un seul bout de ligne droite sur des routes tellement étroite que notre Porsche, coquette, se fait toute étroite pour ne pas se griffer les flancs. ROQUEDUR le haut et le bas font partie de ces villages dont on se demande comment ils peuvent être encore habités. Pourtant, nous ignorant, bien au chaud sous les cheminées qui fument, les gens sont calfeutrés derrière les fenêtres éclairées de leurs maisons de pierres. D’autres fanatiques, plus respectueux des traditions sont heureusement dehors pour voir passer le rallye. Les feux de camp sont allumés dans la montagne, des courageux en bonnets, debout les mains dans les poches saluent notre passage à grands coups de trompettes, de sifflets ou des hurlements satisfaits… comme avant !

FIAT 131 ABARTH italienne d’usine à l’attaque ! Cela sautait bien...

Heureusement ou malheureusement, les conditions climatiques sont impeccables, pas le moindre brouillard, pas de glisse sous la grande lune qui, gueule ouverte, nous regarde passer ! Les étapes spéciales à moyennes relativement basses se succèdent sans pratiquement aucune étape de liaison, la région s’y prête, il y a beaucoup plus de kilomètres d’étapes chronométrées que de routières ! Cela implique une bonne attention pour le respect de l’itinéraire car il ne faut pas traîner entre les spéciales dont les départs se font en « self start » très rapprochés. C’est bien d’avoir du rythme, cela empêche de s’endormir pendant une si longue nuit. Après cinq spéciales de plus de cent kilomètres nous ayant mené au nord de Ganges vers le mont Aigoulal en passant par VIGAN, nous revenons à notre point de départ.

Il est deux heures du matin bien tassées, un premier classement est publié, les Belges HORGNIES-HAYEZ dominent mais les dix premiers, tous des spécialistes en la matière, sont assez proches. Nos voitures sont équipées de transpondeurs ce qui permet une multitude de prises de temps en des endroits souvent assez scabreux et bien cachés. Pas question donc d’anticiper les difficultés car l’avance pénalise double… Souvent ce sont les spectateurs et leurs feux qui nous indiquent les pièges… fumée, cris, coups de flashes signifient presque toujours virage qui se ressert, glisse, feuille mortes, épingles étroites…

Seconde boucle la nuit reste claire, le thermomètre descend à moins Sept degrés !

Notre Porsche 911 est en pleine forme, c’est un véritable plaisir de piloter cette voiture sans servo-frein ni servo-direction sur des routes aussi belles ; au volant de cette compagne, pas besoin de salle de Gym pour faire de la musculation ! Nous sommes septième, nous pourrions mieux faire mais nous sommes en délicatesse avec nos distances et prenons souvent de l’avance ce qui nous pénalise un maximum. Chistophe HAYEZ est stressé, c’est lui maintenant qui a la pression sur les épaules ! Leur MANTA avance comme un avion de chasse, le problème est de tempérer les ardeurs d’Horgnies dont les coups de gaz sont réputés agressifs…

la Porsche AUTOMAG dans la nuit, une autre "flèche d’argent" de STUTTGART

La seconde partie du rallye est aussi belle sous des conditions climatiques relativement clémentes, nous nous rendons vite compte que le classement se jouera entre les meilleurs à quelques points. Il fait quand même moins sept degrés au thermomètre mais pas le moindre verglas encore moins de brouillard ne se profilent. Des conditions plus difficiles auraient probablement changé la donne mais Serge ne veut pas de morts sur ces routes ouvertes, il préfère prévoir le pire en imposant des moyennes acceptables pour tous. Le problème principal est donc de rester concentrés aussi bien au niveau pilotage que navigation. La fatigue commence à se faire sentir, nous allons tout doucement vers nos vingt quatre heures sans dormir ! Les cols se succèdent, les hameaux endormis, les spectateurs plus rares mais toujours là sont comme des jalons vivants dans ces déserts de pierres que nous traversons à plein tube sans trop nous en occuper.

FREQUELIN en action dans les années gorieuses

A la fin du rallye, la plus belle image vécue restera certes celle de l’aube lorsque, parcourant les dernières spéciales, nous apercevons au loin les premières lueurs du pâle soleil dévoilant enfin le grand paysage des collines s’emboîtant les unes dans les autres à perte de vue avec, à leurs pieds, quelques traces de brumes traînant dans les vallées. C’est difficile devant tant de beauté de garder sa concentration, à la sortie d’un virage un feu fume encore, des courageux debout, envoyant des traits nerveux de buée dans l’air glacial, nous font un dernier signe, plus loin, des chasseurs bardés de ceintures orange fusil à l’épaule, nous regardent passer indifférents, leur truc à eux est ailleurs, au bout de leur mire. Le jour est levé, nous dévalons vers Ganges au travers des gorges de CEZAS. Les montagnes de CAGNASSES, plus belles que jamais, posent derrière nous en s’offrant déjà au beau soleil.

Le rallye se termine, il n’y a que IO heures que nous roulons mais, l’air de rien, nous entamons quand même notre troisième tour d’horloge ! Nous arrivons à GANGES, les boulangeries sont ouvertes depuis longtemps, les gens emmitouflés en sortent la baguette sous le bras, ils filent vers leurs cafés qui les attendent fumant dans les bols. Il est neuf heures du matin, un dimanche presque comme les autres commence, la vie normale palpite dans les rues, tous les amis rallyemen rentrent au compte goutte de la montagne, ils ont l’air heureux mais leurs traits sont quand même un peu tirés !

VERSEGLIA A PASSE HORGNIES ! QUATRE BELGES DANS LES CINQ PREMIERS MAIS ILS NE GAGNENT PAS !

les vainqueurs VERSIGLIA - TORLASCO au volant d’une très efficaces AUDI QUATTRO

C’est un petit coup de théâtre, la fatigue a fait son œuvre, HORGNIES ET HAYEZ ont fait une gaffe de dernière minute permettant à VERSEGLIA et sa très efficace AUDI QUATTRO de prendre la tête avec cinq secondes seulement d’avance ce qui conforte aussi son avance au challenge européen. LAREPPE- LAMBERT et LUX- PERIN suivent à quelques encablures devançant tout juste notre Porsche Automag, cinquième après une remontée régulière. Derrière nous les spécialistes Italiens AGHEN - AGOSTINO se pressent devançant à leur tour les premiers Français les LAPEYSSONNIE menant si bien leur Alpine comme au bon vieux temps. Jean-Pierre NICOLAS - LAVERNE en Alpine aussi, terminent dixième de ce rallye dont on peut dire qu’il fut une réussite à tous points de vue… convivial et sportif avec un bel itinéraire décrit dans un road-Book sans erreurs, sans parler des excellents repas cévenoles servis avec le sourire par de jolies montagnardes.

Serge RECOLIN est un héritier direct de ces lignées d’obstinés - Organisateur heureux

C’est d’ailleurs, cerise sur le gâteau, avec un brunch somptueux que s’est clôturée cette belle journée… qui ne faisait en réalité que commencer, mais cela, c’est déjà une autre histoire car après la remise des prix il fallait encore rentrer, ramener la voiture au bercail et dormir enfin du sommeil profond de ceux qui se croient justes !

Raymond Collignon.

Classement :

  • 1 VERSIGLIA - TORLASCO – AUDI QUATTRO TYPE 85
  • 2 HORGNIES – HAYEZ – OPEL MANTA 1900 SR
  • 3 LAREPPE – LAMBERT – OPEL ASCONA
  • 4 LUX – PERRIN – LANCIA FULVIA HF
  • 5 COLLIGNON – FELOT – PORSCHE 911

Suite du classement sur le website de Auto Rétro Cévennes

Une organisation AUTO-RETRO CEVENNES
- Chemin du Tour de Ville
30120 BREAU ET SALAGOSSE - (France)
- Tél / fax : +33 (0) 4.67.81.35.72
- Courriel : auto.retro.cevennes@free.fr
- Web : http://auto.retro.cevennes.free.fr

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.