Victoire à l’arraché de Jean-Pierre Vandewauwer sur Lancia Beta Monte Carlo au Maquisard

Eddy Coppée    2013-08-30 23:40:07   


120 voitures sont au départ de ce rendez-vous estival, la montée historique huitième du nom a une nouvelle fois conquis les nombreux spectateurs présents. Même le soleil était au rendez-vous, ces dernières années il avait fait défaut.

C’est un plateau diversifié qui nous est présenté, la Jaguar XK120 de Robert Eben fait office de doyenne et la Porsche 356 de Michel Closjans atteint son niveau le plus bas avec une monte pneumatique au ras du sol, quelques voitures venues du rallye comme cet Alfa GTV groupe A qui a fait le bonheur de Dany Delettre en rallye national et de Yves Loubet aux boucles de Spa, Joël Favé-Lesage est revenu avec l’Alpine A110 aux couleurs Aseptogyl ,une voiture qu’il bichonne, on le comprend. Le Volvo show est aussi de retour avec les PV 544, 122,144. A l’applaudimètre il égale même l’ Escort show, dont voici quelques représentants Delhez, Tapai, Menten, et l’élève Olivier qui apprend vite, voire même très vite...

Les montées se suivent à bonne cadence et sans incidents notoires.
Les passagers d’un jour apprécient ces ascensions, ils découvrent 2340 mètres d’adrénaline, un grand moment assurément.

A 16.30 heures, il est temps de passer à la Montée en Or.

Un trio , Jean-Pierre Vandewauwer, Geoffrey Leyon et Toni Kevers revendique clairement ses prétentions. On a perdu Bernard Herman, qui a connu des soucis de carrosserie dans la dernière montée non qualificative. Kevers lui s’est appliqué à roder le moteur que Jean-Marie Dehayes a placé dans la golf la veille. Voici sa technique : premier virage 4500, second 5000, ainsi de suite lorsque tu arrives au sommet tu devrais approcher 8500 tours. Un calcul facile, sacré Tony !

Bernard Cornet qui a solutionné ses problèmes d’injection nous a promis de ne pas glisser.

Ce sont trois montées décisives en trois séquences 22, 10 et la finale avec les trois voitures les plus rapides.

C’est parti ! Au sommet du Maquisard, les visages sont fermés, au compte goutte les voitures rejoignent le mini parc fermé pour échanger quelques impressions.
L’effort a été soutenu, au final c’est Kevers qui signe le meilleur temps, mais le coefficient de la Golf ne lui est pas favorable et c’est Vandewauwer qui s’impose dans cette première montée. Bernard Cornet est un peu déçu, il s’est appliqué, mais les pneumatiques qui équipent la cox sont destinés au circuit et sur la faible distance, ils ne chauffent pas. Belle performance de Christophe Bouille sur une Golf Gti que l’on n’attendait pas. Le pilote préparateur est satisfait de sa performance.

Belle performance de Christophe Bouille sur une Golf Gti que l’on n’attendait pas

Réginald Togaert sur la Peugeot se plaint un peu des pierres présentes à la sortie dans la dernière épingle, le show des précédentes montées a laissé des traces. Johnny Delhez et Jean-François Olivier sur leurs Ford Escort respectives échangent leurs impressions. Jean-François dispose de l’ancienne monture de Johnny. Ira-t-il plus vite que son mentor ? Wait and see…

La Volvo de Bernard Lamy est aussi du top 10. La suédoise a son poids, mais Bernard travaille encore et encore à affûter mécanique et la suspension en allégeant au maximum la carrosserie. La côte n’étant pas la destination primaire de cette robuste Volvo. Il garde, par exemple, toujours les pare-chocs souvent utiles en rallye.

Robert Vandevorst et Eddy Gully tout sourire félicitent les 10 pilotes sélectionnés. C’est reparti pour une seconde montée.

On voit arriver rapidement les voitures, mais surprise Kevers est calé sur la ligne de départ, surchauffe moteur. On craint le pire pour ce moteur neuf , mais c’est finalement une durite qui a fait plus de fumée que de dégâts. Kevers en restera là. C’est un trio de choix que nous offre cette seconde montée.

Togaert est le plus rapide avec la Peugeot 205

Au chrono, c’est Togaert qui est le plus rapide avec la Peugeot 205, devant Leyon et Vande. Avec le coéfficien d’âge, c’est Vande qui s’impose, devant Leyon et Bernard Cornet .Cette seconde montée est plus rapide chaque voiture grappillant quelques dixième ci et là pour offrir un classement à la hauteur de l’évènement. La lutte contre le chrono est de tous les instants et quelques faits d’arme sont à signaler telle cette performance de Jean-François Olivier qui devance Johny Delhez de trois secondes réalisant un des meilleur temps de l’Escort au Maquisard.

Montée catastrophique avec un gros souci mécanique pour Bernard Lamy qui casse un support de boîte.

Ultime montée et revanche de Foret-Trooz où Leyon s’est imposé. Jean-Pierre Vandewauwer, Geoffrey Leyon et Bernard Cornet vont nous offrir une ultime montée d’enfer. Immédiatement, Cornet perd toutes chances, il cale sur la ligne. Vande a soigné les pressions de ses pneumatiques, ce faisant il peaufine aussi un aspect psychologique, la perfection. Les pilotes et les voitures sont au top, la Porsche souffre, la Lancia virevolte.

Au sommet, Leyon et Vande ont tout donné, au sommet de leur art, ils doutent .Un freinage tardif pour l’un un peu trop de glisse pour l’autre, le chrono sanction est impartial. Respect mutuel des pilotes qui ne savent pas qui au final a été le plus rapide.

Robert Vandevorst temporise, il tient le classement. Vande a fait fort il a amélioré les temps des deux premières montées. Il remporte le Maquisard 2013. Leyon est heureux, battu, mais fier de sa position. Sûr qu’on reparlera de lui.

Dominique Genten sur la BMW 325i remporte le "prix du spectacle", le "Roi de l’Escort" est décerné à Cédric Tambour, et ... nous décernerons le "Volvo d’Or" à Patrice Simon.

Dominique Genten sur la BMW 325i remporte le prix du spectacle
Le Roi de l’Escort est cette année Cédric Tambour
Volvo d’ Or pour Patrice Simon

2014 n’est pas loin. Foret Trooz et le Maquisard seront certainement deux rendez-vous incontournables.

Nouvelle victoire de Jean-Pierre Vandewauwer sur Lancia Beta Monte Carlo au Maquisard

http://www.ecuriemaquisard.be/
http://www.ecurie-ardennes.be/

Classement final

La Montée en Or

  • 1.Jean-Pierre Vandewauwer (Lancia Beta Monte-Carlo 1975) 1’23’’648 ;
  • 2.Geoffrey Leyon (Porsche 911 1976), 1’24’’742 ;
  • 3.Bernard Cornet (VW Cox 1973), 1’51’’124 ;
  • 4.Réginald Togaert (Peugeot 205 Rallye 1988), 1’27’’676 ;
  • 5.Jean-François Olivier (Ford Escort MK2 1976), 1’29’’074 ;
  • 6.Johnny Delhez (Ford Escort MK1 1969), 1’30”049 ;
  • 7. Christophe Bouille (VW Golf II 1985), 1’30’’080 ;
  • 8. Nathan Giozzet (Opel Kadett C 1978), 1’31’’579 ;
  • 9. Bernard Lamy (Volvo 122S 1966), 1’32’’230 ;
  • 10. Tony Kevers (VW Golf II 1998), abandon ;
  • 11.Sébastien Glaude (Volvo 144S 1967), 1’32’’534 ;
  • 12. Maxime Hebrant (Opel Manta 1983), 1’34’’697 ;
  • 13. Jean-Claude Kauffman (Porsche 911 1973), 1’35’’965 ;
  • 14. Dominique Genten (BMW 325i 1988), 1’35’’994 ;
  • 15. Jehan-Felix Brasseur (Porsche 911 1977), 1’36’’261 ;
  • 16. Jean-Paul Pirson (Opel Manta 1982), 1’37’’481 ;
  • 17. Rudy Buyse (Ford Escort MK2 1971), 1’38’’514 ;
  • 18. Frédéric Close (Renault 5 Alpine Turbo 1984), 1’43’’897 ;
  • 19. Jean-Marc Ruwet (Ford Escort MK2 1979), 1’44’’108 ;
  • 20. Michel Closjans (Porsche 356 Pré-A 1954), 1’45’’016 ;
  • 21. Sam Sterckval (Ford Fiesta XR2 1989), 1’49’’467 ;
  • 22. Patrick Malherbe (Porsche 911 1977).

Texte et photos Eddy COPPEE

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.