D’un Ferdinand à l’autre… Exposition Porsche à Autoworld

Benoît Piette    2013-12-09 13:08:05   

Ça y est, c’est parti : l’expo de prestige de fin d’année d’Autoworld est sur ses rails : inaugurée ce 5 décembre dernier par le petit-fils de Fernand Porsche, Wolfgang Porsche, elle sera visible du 06 décembre au 19 janvier 2014.


Voici ci-après quelques photos des 45 véhicules exposés.

A seigneur tout honneur : dans la section dédiée à Ferdinand Porche, premier du nom, voici la Lohner-Porsche Mixte hybride (1901), une des premières voitures construites pour Lohner. Cette traction avant (hé oui…) est propulsée par deux moteurs disposés dans les roues avant.

Lohner Porsche Mixte Hybrid (1901)

L’énergie électrique était fournie par une génératrice entraînée par un moteur thermique fourni par Dion-Bouton et installé à l’avant sous un capot aux formes pour le moins tarabiscotées…

Lohner Porsche Mixte Hybrid (1901)

Le but recherché était d’éviter de transporter de lourdes batteries…mais évidemment le rendement de cette chaîne hybride n’était pas fameux…

Austro-Daimler ADM Prinz Heinrich (1910 )

D’un blanc immaculé, voici une Austro-Daimler ADM Prinz Heinrich de 1910  : Propulsée par un moteur 2 litres développant 20 HP elle semble tout droit sortie d’un album d’Hergé…

Austro-Daimler ADS R "Sascha" (1922)

Voici ici une “Sascha”  : cette petite Austro-Daimler de 1922 possède un quatre cylindres de 1.089 cm³ muni de deux arbres à cames en tête et développant 45 HP.

Austro-Daimler ADS R "Sascha" (1922)

Disposant de freins aux quatre roues, elles ont été créées pour participer à la Targa Florio qu’elles ont remporté dans leur catégorie. Chaque Sascha était décorée d’une couleur de carte à jouer, ces voitures pointaient à 144 km/h…

Mercedes-Benz Monza 2.0 (1924)

A la fois directeur technique chez Daimler-Benz et Austro-Daimler , Ferdinand conçoit de nombreux véhicules sportifs dont, en 1924, cette Mercedes-Benz Monza 2.0 disposant d’un moteur huit cylindres en ligne et de deux litres développant 170 ch.

Auto Union Grand Prix Typ A V16 Single Seater (1934)

En 1930, Ferdinand possède son propre bureau d’étude. Il y conçoit pour le consortium Auto Union une monoplace révolutionnaire à châssis tubulaire et à quatre roues indépendantes dont le moteur, un V16 suralimenté, est placé en position centrale arrière.

Auto Union Grand Prix Typ A V16 Single Seater (1934)

Voici un "type A" avec moteur de 4358 cm³ développant 295 ch. propulsant cette monoplace à plus de 280 km/h.

En 1936, la "type C" atteindra la vitesse de 340 km/h grâce à un 6 litres développant 520 ch.
Opposées aux flèches d’argent de Mercedes, ces Auto-Union gagneront 25 courses…

Auto Union Typ C V16 "Strolinienwagen" (1934)

Ces voitures ont été écartées des circuits suite au changement des règlements des courses.

Auto Union Typ C V16 "Strolinienwagen" (1934)

Munies de carrosseries aérodynamiques dessinées par Ferdinand Porsche et Erwin Komenda, elles se sont confrontées aux Mercedes en vue d’établir des records de vitesses (plus de 400 km/h au km lancé).

Mercedes Benz Prototype V 30 (1937)

Pour tester de manière intensive les VW, Daimler-Benz construisit 30 exemplaires d’une version à carrosserie modifiée. La voiture exposée est une reconstruction d’un Prototype V 30 de deuxième génération (1937) : pour des raisons totalement inconnues, toutes les V30 aient été détruites après les tests.

Mercedes Benz Prototype V 30 (1937)

Conçue en 1933 par Porsche comme véhicule populaire, la Coccinelle n’entrera en production qu’après la guerre. Elle connaîtra un énorme succès et les ventes de ce modèle dépasseront 21 millions d’unités, record inégalé dans l’histoire de l’automobile.

Volkswagen Typ 64 - Berlin Rome (1938)

Voici une Volkswagen Typ 64 - Berlin Rome de 1938 : commandée pour participer à une course Berlin-Rome de 1.500 km (qui n’aura finalement pas lieu pour cause de guerre), cette version course de la Coccinelle est allégée et aérodynamique à l’extrême. Elle préfigure toutes les futures Porsche à moteur en porte-à-faux arrière, à commencer par la 356.

Porsche Typ 360 Cisitalia (1947) - Porsche 356 SL Coupé (1951)

Ici une Porsche Typ 360 Cisitalia de 1947 : commandée par un riche entrepreneur italien, à l’équipe Porsche de Gmünd, cette voiture nommée Cisitalia de GP, ne put hélas jamais démontrer ses qualités à cause de la débâcle de la firme Cisitalia. Dommage : elle était propulsée par un 12 cylindres à plat de 1500 dm³ suralimenté et possédait quatre roues motrices.

Ferdinand Porsche et son fils Ferry (c) Porsche Museum

A coté d’elle, une 356 qui se présenta au départ du Mans en 1951 , sous la houlette de Ferry Porsche après la mort de son père. Ce fut la première voiture allemande à réapparaître dans la Sarthe après la guerre et la première victoire de Porsche au Mans.

Porsche-Diesel Volksschlepper A 111 (1954)

Porsche est aussi lié à l’agriculture : pour preuve ce tracteur Porsche-Diesel Volksschlepper A 111 de 1954.

Entre 1949 à 1957, près de 25.000 tracteurs Porsche furent construits, la plupart étaient équipés de moteurs diesel refroidis par air.

Porsche 356 Carrera Abarth GTL (1960)

En 1959, Ferry Porsche demande à l’ingénieur Carlo Abarth , ancien collaborateur de Porsche, de munir vingt châssis de 356B 1600 GS d’une carrosserie plus légère et mieux profilée.

Porsche 356 Carrera Abarth GTL (1960)

Dès 1960, la première Abarth GTL sauve l’honneur de Porsche aux 24 heures du Mans en terminant 10ème au classement général et première de la catégorie Sport.

Porsche 904 Carrera GTS (1964)

Parmi une brochette de 911 , voici une 904 dessinée par le fils de Ferry, Butzi qui est passionné par l’aérodynamisme.

Celle-ci est habillée d’une très légère carrosserie en fibres de verre boulonnée et collée sur un châssis en acier. Le moteur est en position centrale arrière avec derrière lui la boîte à cinq vitesses destinée à la 911. Dans le compartiment moteur, on installe un quatre cylindres Carrera.

En fin de fabrication, certains exemplaires, comme celui exposé, seront munis d’un moteur 6 cylindres ou même d’un 8 cylindres.

Porsche 904 Carrera GTS (1964)

Sur demande de son père, il crée un successeur à la 356  : la 911 est présentée au Salon de Francfort de 1963.
Elle se caractérise, entre autres, par l’inclinaison vers l’arrière du montant central qui lui confère une allure de voiture rapide.
En 1964, Butzi en crée une version à arceau fixe, baptisée Targa.

Porche 911

La Porsche 911, qui fête ses 50 ans en 2013, est devenue le symbole de la marque

Porsche 906 Carrera 6 (1966) - Porsche 910/8 Spyder (1970)

Deuxième fils de Louise Porsche, sœur aînée de Ferry, et d’Anton Piëch, Ferdinand Piëch entre au département technique de Porsche en 1963. Il sera le créateur de la 906 Carrera 6 photographiée près d’une 910/8 prévue pour les courses de côtes. La 906 est l’ancêtre de la 917, qui triompha aux 24 Heures du Mans en 1970. On lui doit aussi la partie mécanique de la 911.

Porsche 917-021K Psychédélique (1970)

Porsche 917 K "Psychedelic" : Châssis en aluminium et carrosserie en fibre de verre, elle a été propulsée par un 12 cylindres turbo à plat, d’une cylindrée 5374 cm³ et d’une puissance atteignant jusqu’à 1200 ch. comme pour cette Porsche 917/30 Spyder CANAM (1973) destinée à concurrencer les "big blocks" des voitures US lors des courses américaines.

Porsche 917/30 Spyder CANAM (1973)
Porsche 914/6 (1971)

Porsche 914/6 (1971) construite par Volkswagen et Porsche, équipée d’un moteur central, nommée VW-Porsche Roadster Type 914.

Porsche 914/6 (1971)

Contrairement à la version VW à quatre cylindres assez courante, il s’agit ici d’une version « Porsche » dite 914/6 (1969-1971), propulsée par le six cylindres de deux litres à carburateurs de la 911 T de 1968.

Ferdinand Piëch a fait aussi construire deux exemplaires d’une 914/8 (six cylindres – 310 ch), dont une a été offerte à Ferry Porsche pour son 60ème anniversaire.

Porsche 935/77 Martini (1977)

Avec cette voiture, Porsche décide de pousser jusqu’à l’extrême le développement du concept 911 en utilisant au maximum les lacunes du règlement. Le profilage est amélioré de manière spectaculaire : tout l’arrière de l’habitacle est recouvert d’une carrosserie en plastique munie d’un aileron redessiné. A la place d’un gros turbo, le six cylindres dispose maintenant de deux petits turbos KKK.

McLaren TAG MP4/2C (1986)

Et voici pour terminer la McLaren TAG MP4/2C (1986) équipée d’un moteur TAG-Porsche. Il s’agit d’un V 6 incliné à 80° de 1,5 litres suralimenté par deux turbos KKK qui développe 700 cv à 11.500 tours et ne pesant que 150 kg.

En 1984, les McLaren pilotées par Niki Lauda et Alain Prost remportèrent douze des seize courses de l’année tandis que McLaren-TAG décrocha le championnat du Monde des constructeurs avec 25 victoires en Grand Prix entre 1983 et 1987 . Trois fois champion du monde des pilotes : Niki Lauda en 1984 , Alain Prost en 1985 en 1986 .

Détails pratiques

Autoworld Brussels
Esplanade du Parc du Cinquantenaire 11, 1000 Bruxelles (métro Merode)

Heures d’ouverture
Tous les jours du 6 décembre 2013 au 19 janvier 2014 (aussi les lundis, ainsi que le 25 décembre et le 1er janvier) de 10h00 à 17h00 (samedi et dimanche : de 10h00 à 18h00)

Nocturnes  : samedi 21 décembre et samedi 18 janvier (jusque 22h00)

Prix d’entrée (*)
Adulte : 12€
Groupes (15 personnes et plus sur réservation) /Étudiants / Seniors / Personnes non valides : 9 €
Enfant de 6 à 12 ans : 6 €
Enfant < 6 ans : gratuit

Ticketing en ligne possible via www.autoworld.be
Visites guidées sur réservation

(*) le prix d’entrée à l’exposition inclut la visite à la collection permanente du musée

Infos visiteurs
Tel : +32 2 736.41.65
info@autoworld.be
www.autoworld.be
www.ferdinandporsche.be

Facebook
Page entièrement dédiée à l’exposition avec un concours en ligne permettant de gagner des entrées gratuites

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.