Moortgat, Van Rompuy et Van Elderen sont les passagers de la pluie.

Eddy Coppée    2012-04-27 07:00:13   


Pour la première fois depuis la scission de la Belgian Historic Cup et de la Belgian Youngtimers Cup, les deux catégories ont eu l’occasion d’évoluer séparément. Deux séances qualificatives donc, mais aussi deux fois deux manches. Il y avait dès lors beaucoup d’animation dans le paddock des anciennes. Avec 35 Historics et 17 Youngtimers, l’objectif n’est certes pas encore atteint, mais en agissant de la sorte, le BRAVO, promoteur de la compétition, donnait l’occasion à tout le monde d’être sûr de pouvoir prendre le départ des courses, évitant d’être contraint de refuser du monde, comme ce fut le cas l’an dernier. Néanmoins, ce week-end allait être difficile pour l’ensemble des pilotes, les conditions météorologiques défavorables rendant les choix de pneus très difficiles.

A Zolder nos amis hollandais s’étaient déplacés en force

Belgian Youngtimers Cup : quatre victoires pour Luc Moortgat

Seules 17 voitures ont rejoint cette nouvelle Classe, dont le potentiel de croissance est donc très important. Parmi les principaux absents, on relève la Rover Vitesse ex-Walkinshaw de Bert Smeets. Par contre, l’arrivée de l’Audi Coupé, un bolide au passé très riche, ne peut passer inaperçue. Naguère construite par Nothelle en collaboration avec l’ingénieur Henri Lotterer, elle a incité le Belgian Audi Club, déjà présent à Zolder dans le cadre du championnat du monde FIA GT1, à inviter André Lotterer, fils du regretté Henri, à partager le volant de cette voiture avec Patrick Schreurs. Un tandem de prestige, et pour le BRAVO, une excellente publicité que celle de présenter au départ d’une de ses courses le dernier vainqueur en date des 24 Heures du Mans !

André Lotterer de retour en Belgique

Lors des qualifications, Luc Moortgat signait le meilleur chrono au volant de sa Porsche 964 Cup, devançant un autre utilisateur de Porsche, le Hollandais Gelissen, la BMW M3 de Dierckx et l’Audi Coupé de Schreurs. Bas Van Elderen positionnait sa BMW sur la troisième ligne de la grille de départ, auteur du 5ème temps.

Moortgat très fort

C’est dans cet ordre que les concurrents se présentaient au Premier Gauche, au départ de la seule course du week-end disputée sur une piste sèche. Moortgat s’envolait immédiatement, tandis que son équipier Paque était victime d’un accrochage, ce qui l’obligeait à repasser par la pitlane pour un check-up. Patrick Schreurs connaissait un moment d’intension émotion au freinage de la chicane Jacky Ickx, lorsque son bolide percutait le rail après avoir rencontré un souci de balance de freins. Il réintégrait lui aussi la pitlane, afin de prendre la mesure des dégâts, puis reprenait part à la course. En dépit de quelques chronos de bonne facture, il ne parvenait pas à résorber l’écart, et terminait au 8ème rang.

Schreurs handicapé par une balance de frein.

{{}}

Devant, Moortgat effectuait une démonstration en solo. Gelissen prenait finalement la 2ème place devant Geert Dierckx, contraint de disputer le week-end avec un moteur de série dans sa BMW M3.

La Porsche 964 du Hollandais Wollers se classait en 4ème position, tandis que pour compléter le top 5, on assistait à une belle bataille entre l’Alfa de Carlo de Cock, la Lancia de D’Hooghe et la BMW de Bas Van Elderen.

DE COCK prend confiance....

{{}}

Ils terminaient dans cet ordre. Parmi les malchanceux contraints de repasser par la pitlane, on relevait également Van de Plasse (Peugeot 205), victime d’un câble de bougie défectueux.

Moortgat devient un habitué de la première place.

{{}}
Pour la deuxième course du week-end, le top 6 de la première joute était inversé, ce qui permettait à Corry D’Hooghe et Carlo De Cock d’emmener la meute depuis la première ligne de la grille de départ. Mais une fois encore, c’est Luc Moortgat, parti depuis la troisième ligne, qui se portait d’emblée au commandement, se lançant dans un nouveau récital en solo s’achevant par un quatrième succès de rang. L’Audi Coupé, avec cette fois Lotterer au volant, s’élançait depuis l’allée des stands, car elle n’avait pas pris part aux qualifications. Le pilote Audi parvenait néanmoins à se jouer de la concurrence, et dans des conditions météo délicates, il réussissait l’exploit de remonter en 2ème position.

Lotterer un pur bonheur...

{{}}

Il s’offrait en plus le meilleur tour en course. Le pilote néerlandais Ambaum plaçait sa Porsche au 3ème rang devant la BMW M3 de Dierckx, la Porsche de Wolters, la BMW de Van Elderen et un duo qui a vaillamment combattu pour la 7ème place, composé de Van de Plasse et Laureyns.

La famille VAN ELDEREN

Belgian Historic Cup : première participation et première victoire pour Tom Van Rompuy

Sur une piste sèche, les qualifications en vue des troisième et quatrième manches de la Belgian Historic Cup ont pu battre leur plein. Les principaux absents du coup d’envoi du championnat à Spa-Francorchamps, à savoir les Van Rompuy père et fils, Guy François, Audrey Van Ham, Tony Frans, etc.,
répondaient cette fois présents.

Audrey Van Ham La Porsche sous la pluie pas vraiment facile...

{{}}

La première victime du week-end était Frans, qui devait prendre la mesure de la superbe Camaro JS Cars. Mais après les qualifications, un bruit anormal était détecté au niveau du moteur, de quoi remettre à plus tard les grands débuts de ce petit bijou.

Van Elderen décrochait la pole au volant de sa Porsche, devant la Camaro de Schippers, la Lotus de François et la Ford Escort MK1 de Van Sprundel. Boels (Studebaker Commander) et un surprenant Van Mulders (Triumph TR3) se partageaient la troisième ligne de la grille, juste devant l’Amazone Audrey Van Ham, et Tom Van Rompuy, qui devançait son paternel Dirk (Opel Kadett GT/E).

Tom Van Rompuy le rallye cela aide aussi

Le circuit était balayé par de violentes averses, et si on ajoute quelques traces d’huile, c’est sur une véritable patinoire que la première course allait avoir lieu. Van Elderen faisait honneur à sa pole, et parvenait à s’échapper assez rapidement. Schippers réussissait à s’accrocher, mais devait baisser le rythme en tentant de composer avec la puissance, le couple et le poids de sa Camaro. Le préparateur de Sluis était contraint de soulager dans ces conditions extrêmes. C’était aussi le cas de Geert Boels au volant de sa Studebaker, ou encore Marnix Dierick, qui faisait illusion quelques tours durant avec sa Jaguar, avant d’être avalé par le peloton. Son frère Bernard s’en tirait par contre parfaitement au volant de sa redoutable petite Mini. Un bolide qui se tirait parfaitement d’affaire dans ces circonstances, pour arracher une très belle 8ème place finale.

Dierick s’est bien amusé....

Van Sprundel, qui avait monté pendant la nuit un nouveau moteur dans les entrailles de son Escort, était bien parti, mais dès le premier tour, il devait s’immobiliser, victime d’une nouvelle fuite d’huile, exactement comme à Francorchamps. Van Mulders finissait lui aussi par rencontrer des problèmes, ce qui le renvoyait au 14ème rang. Luc Geebelen était victime d’une touchette au Rea, endommageant sérieusement sa très belle Porsche 911 de 1965. Par contre, plusieurs voitures se délectaient dans ces conditions. Les Van Rompuy père et fils, au volant de leurs Opel Kadett de l’équipe TT Autosport, se sentaient comme des poissons dans l’eau, se propulsant aux 2ème et 3ème places. Tom parvenait même à combler l’écart qui le séparait du leader Jan Van Elderen, déposant véritablement le pilote de la Porsche bleue ! Il se ménageait par la suite une avance de 18 secondes, tandis que son père Dirk prenait la 3ème place finale.

La lutte pour les places d’honneur était superbe, avec quelques combats de qualité opposant notamment François, Mathay, Bernard Dierick, Van Ham, De Weerdt et Boels. Au bout du compte, Schippers se propulsait au 4ème rang sur la Camaro, précédant un Guy François prenant de justesse la mesure d’un excellent Marc Mathay, sur sa BMW 2002.

Mathay avait trouvé le bon peloton

{{}}

Suivaient De Weerdt, Dierick, Van Ham et Boels, qui clôturait le top 10. Le Président du BRAVO, Filip Mahieu, se sentait lui aussi à l’aise avec sa Triumph TR3 dans de telles conditions, signant de très bons chronos.

Lors de la seconde manche du week-end, c’est à un scénario quasi identique que l’on a assisté. Le top 6 de la joute initiale était inversé, ce qui permettait à la BMW 2002 de Mathay de se retrouver en pole devant la Lotus Elan de Guy François. La deuxième ligne était composée de la Camaro de Schippers et de l’Opel Kadett GT/E de Dirk Van Rompuy, ce qui signifie que Jan Van Elderen et Tom Van Rompuy étaient renvoyés sur la troisième ligne de la grille. Ils allaient s’élancer devant la Ford GT40 d’Emiel De Weerdt, la Mini de Bernard Dierick, Audrey Van Ham, Geert Boels et le reste d’un peloton fort de 35 bolides.

De Weerdt un beau week end.

{{}}

Sur une piste qui séchait, Van Elderen prenait un superbe envol et s’extirpait du Premier Gauche devant Guy François, Tom et Dirk Van Rompuy, Marc Mathay et Jan Schippers. Quelques virages plus loin, Van Rompuy Junior se portait déjà en 2ème position, tandis que Schippers prenait le meilleur sur François. Geert Boels en profitait lui aussi pour mettre le nez à la fenêtre. La très légère Lotus de François ne pouvait néanmoins pas grand-chose contre les voitures de tête. Sa puissance était insuffisante, et comme bien d’autres pilotes, elle ne disposait pas de l’équipement pneumatique adéquat. De son côté, Tom Van Rompuy comblait de nouveau l’écart le séparant de Van Elderen, mais comme la piste était moins glissante, la Porsche restait aux commandes de la course, et finissait par remporter la victoire. La famille Van Rompuy ne se faisait néanmoins pas prier pour compléter le second podium du week-end, démontrant le potentiel de ses Opel Kadett GT/E.

Derrière ce trio, le spectacle était total, avec plusieurs duels opposant notamment Geert Boels et Guy François.

Boels parvenait à se donner un peu d’air en vue de l’arrivée, plaçant la Studebaker au 4ème rang, profitant d’une petite erreur coûteuse en temps de Jan Schippers. La Kadett de Van Damme était elle aussi bien dans le rythme, prenait à son tour le meilleur sur Schippers. Une situation que le pilote JC Cars allait néanmoins parvenir à inverser, histoire de reprendre la 5ème place finale. Bernard Dierick se retrouvait de nouveau parmi les pilotes de tête, mais il immobilisait sa Mini en bord de piste aux alentours de la mi-course.

Tout comme Guy de Baer, dont la Ford GT40 s’arrêtait dans le bac à sable du virage Bianchi. Superbe combat pour la 7ème place entre François et Mathay, le dernier mot revenant à la BMW. Van Elderen s’imposait donc devant la famille Van Rompuy, Boels, Schippers, Van Damme, Mathay, François, T’Hoen et Knight, qui complétait le top 10.

Van Sprundel et Boels des essais catastrophes

{{}}

Tekst : DSP VOF

Photos Eddy COPPEE

Audi sound and fire.....

{{}}

Les classements

Un FIA week end....

{{}}

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.