La Motocyclette d’Autrefois : du vélo à moteur au cyclomoteur et scooter (Partie 1)

Philippe Lambrette, Véronique Lambrette-Nils    2017-07-23 13:32:55   

La MOTOCYCLETTE d’Autrefois - musée.


En plein centre d’Habay-la-Neuve à proximité de la Grand Place et du Syndicat d’Initiative se trouve un petit musée de l’histoire de la moto. Marcel Thiry fondateur et collectionneur d’engin à deux roues débuta sa carrière de mécanicien dès l’age de 17 ans lorsqu’il conçut avec un ami de l’époque sa première moto , une MT 1947 . Cette moto n’est qu’un puzzle de pièces aux origines diverses que ce soit des éléments d’avions et de voitures.


Façade et vitrine du petit musée

Par la suite, sa carrière de mécanicien devint également une fonction de concessionnaire et il profita à l’époque de la vente de vélos , cyclomoteurs , motos puis d’automobiles pour, en 1964, commencer une passion de collectionneur d’engin à deux roues. Aidé depuis le début des années ’90 par un mécanicien passionné comme lui qui est Jacky Vansuypeene et qui depuis le décès de son créateur continue le travail entamé par Marcel Thiry.

Commençons par les poids plumes, les Vélos :

Sachant que notre Fabrique Nationale d’Herstal construisait des véhicules motorisés à 2, 3 et 4 roues et plus, saviez-vous que vers la fin du XIXème siècle et début du XXème elle avait aussi réalisé des vélos qui n’étaient pas entrainés par chaine mais par cardan avec pignon fixe et dont le système de freinage n’était pas des plus sécurisant, en effet si le système de freinage pour le modèle dame ou curé agissait sur le pneu avant à proprement dit sous forme de plaque poussée tandis que sur le modèle homme c’était des blocs tirés par câbles à brins et bien entendu plus sûr !


vélo homme et dame ou curé

Continuons avec les poids plumes motorisés : les Vélos à Moteurs

Si le vélo était un moyen de locomotion très utilisé dès sa création, certains constructeurs ont tenté le coup en y ajoutant un moteur entrainé par une chaine ou par courroie via le pédalier ainsi Opel et Motobécane on franchit ce pas suivit par d’autres marques qui n’ayant pas leur propre moteur y adaptait un Sachs. Il faut savoir que ce système d’entrainement était à l’origine placé sur la roue arrière et côté gauche.


à droite sur la photo en haut le modèle Opel et en bas le Motobécane
à gauche en haut on y voit un modèle Légia et en bas le Peugeot et 3 modèles Victoria avec moteur Sachs

Après les vélos à moteurs sont arrivés les motocyclettes ou cyclomoteurs ou encore vélomoteurs...

Voici trois dénominations pour une même motorisation inférieure à 50cc et dont les constructeurs offraient un panel très variés et dont la méthode pour la mise en marche était du plus simple au plus sportif. Si pour certains modèle il fallait pédaler en arrière, pour d’autres le pédalage en avant devait être très énergique voir pour les plus sportifs la poussette et ici aussi le moteur Sachs était très souvent retrouvé sur différentes marques.


le panel proposé au musée

Catégorie suivante, les fameux scooters

Conçus dès la fin de la seconde guerre par un nombre élevé de constructeurs qui n’étaient pas spécialement concepteur d’engin de la catégorie précédemment citée mais on y retrouve le préparateur de moteur Sachs sur certaines marques, on retrouve ici le modèle italien le plus connu tel que la Vespa ou l’autrichien Puch sans oublié les marques allemandes comme Kreidler , Zundapp et un Heinkel Tourist qui était un modèle de luxe puisqu’il était équipé d’un phare avant sur la carrosserie ainsi que de clignotants. Certains étaient équipés d’une selle d’un bloc tandis que d’autres avaient deux selles ou encore une seule selle comme le modèle Walba qui dans son look donne l’impression d’avoir une turbine d’avion alors que c’est le système de refroidissement du moteur.


en haut à gauche nous voyons un Walba , deux Vespa ( 1951 et 1955 ) et un Puch autrichien , à droite un Heinkel , deux Vespa Piaggio , un NSU et un Bella
en bas à gauche vue sous un autre angle de la série en haut à droite et à droite le Walba avec sa "turbine de refroidissement"

Les modèles un peu spéciaux

Dans ce groupe nous retrouvons de drôle d’engins, à commencer par une Socovel de 1942 fonctionnant sur batterie et non à moteur thermique ! De fabrication belge il en fut construit 500 exemplaires dont la plupart furent achetés par les allemands peu de temps avant la guerre, ils étaient utilisés dans les halls des grandes industries pour faciliter le déplacement du personnel. Ensuite nous observons un Mondiale dont la particularité est d’avoir le moteur dirigé vers le bas et datant de 1925. Si l’on parle d’engins un peu spéciaux, le modèle suivant en est un : la Monet Goyon GZ Auto-mouche avec un moteur Villiers 250ccm 2 temps de 2 cv à 2 vitesses ou 3 cv à 3 vitesses selon le modèle.


en haut la Mondiale , en bas à gauche la Monet Goyon Auto-Mouche et à droite la Socovel

Le dernier modèle dont je parlerai dans cette première partie de notre visite porte un nom un peu bizarre, car après avoir démonté entièrement la moto l’équipe de Marcel Thiry n’a retrouvé aucune indication concernant l’un ou l’autre constructeur et du coup ils l’on appelée "la LBI" ou La Belle Inconnue.


La Belle Inconnue

Ce petit musée est visitable sur rendez-vous et situé :

La Motocyclette d’Autrefois
rue de Neufchâteau 4
6720 Habay-la-Neuve
Jacky Vansuypeene
gsm : 0473/499 470
fixe : 063/423 433

texte : Philippe
Photo : Véro et Philippe

A LIRE AUSSI :
La Motocyclette d’Autrefois : du vélo à moteur au cyclomoteur et scooter ( partie 1)

La Motocyclette d’autrefois : les allemandes (partie 2)

La Motocyclette d’autrefois : les rivales (partie 3)

La Motocyclette d’autrefois : les rivales (fin) et le Circuit des Ardennes (partie 4 et fin)

2 Messages

  • habitant Saint-Mard ( Virton ) je connais très bien le musée pour l’avoir visité avec Marcel Thiry que j ai connu dans les années 60 quand il vendait des voitures Auto-Union DKW puis à partir de 1966 des Audi ,j’étais apprenti mécanicien à l’époque et ma 1e voiture en 1968 était une DKW F91 de 1955, Marcel m’a une fois expliqué la construction de sa "" MT 1947 ""
    un grand merci pour vôtre reportage
    Renald Jacques

    repondre message

    • grand merci pour vos éloges monsieur Renald , j’ai également écrit 3 autres volets relatant ce que l’on peut trouver dans ce petit musée , le second volet de la série est consacré aux motos allemandes et surtout à DKW , le volet 3 lui est plutôt tourné vers les grandes marques de l’époque et que j’ai intitulé les grandes rivales quand au 4ème volet je le consacre principalement au Circuit des Ardennes , bonne lecture à vous

      repondre message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.