La Motocyclette d’Autrefois : les grandes rivales ( partie 3 )

Philippe Lambrette, Véronique Lambrette-Nils    2017-08-15 15:51:02   


Dans ce petit musée nous découvrons "les grandes rivales" et nous commencerons par les constructeurs anglo-saxons présents. Ensuite nous partirons outre-Atlantique pour revenir en France et dans notre beau pays pour terminer.


la devanture

Le Royaume-Uni a depuis la fin du XIXème siècle toujours connu un grand nombre de fabricants de motos comme partout ailleurs , certains ont été engloutis par des grosses marques et d’autres ont eu la possibilité de se développer et après guerre de disparaître. Pour qu’une marque survive il lui fallait pour bien faire un modèle sportif mais aussi des bonnes routières, ainsi les deux constructeurs à venir entre autre Rudge Whitworth et New Gerrard et bien entendu BSA (Birmingham Small Arms) les grandes rivales de l’entre deux guerres, et d’autres malheureusement non présente dans ce petit musée. La première citée, la Rudge Whitwortf date de 1930 avec un moteur de compétition de 1 cylindre et 4 soupapes de 500ccm tandis que sa rivale la New Gerrard de 1926 avait un moteur de 350ccm avec un système de freinage plus important sur la roue arrière alors que la Rudge Whitworth Multi elle, possédait 21 rapports de vitesses avec un moteur mono-cylindre à 4 soupapes pour un 500ccm. Les modèle BSA présent sont la C11 250ccm de 11cv de 1954 et deux modèles auxquels on y a attelé un side-car ( non d’origine) mais montrant que ceux-ci pouvaient en recevoir.


Rudge Whitworth et New Gerrard


modèle BSA

Partons Outre-Atlantique aux Etats-Unis et découvrir les 2 plus grandes rivales de ce pays , à savoir Harley-Davidson et Indian . Voici un petit tableau comparatif des techniques employées pour les freins , les suspensions , pour les gaz et le changement de vitesse.


comparatif entre les deux grandes marques

C’est aussi sans compter sur une motocyclette du doux nom de Whizzer possédant deux courroies , la première entraine un relais qui met en route une seconde courroie pour enfin faire avancer la machine ayant 1 cylindre 4 temps de 138ccm datant de 1950.


Whizzer

Revenons sur notre continent et regardons ce que nos voisins français ont créé comme 2 roues. Côté vélo à moteur, c’est chez Motobécane que l’on produisait des modèles entrainés par 2 chaines , de même que chez Peugeot avec un entrainement par courroie et chaine puis par la suite ils construisaient la motocyclette, comme d’autres marques telles que Terrot , Griffon et Cyclocette , dans l’entre deux guerre Gnome-Rhone vit le jour et était reconnaissable par les ailes rouges et blanches avec en son centre un moteur à 7 cylindres en étoiles et par la suite un autre vélo à moteur a vu le jour le fameux Solex.


à gauche en haut le vélo à moteur Motobécane et en bas le modèle Peugeot
à droite en haut en arrière plan une Terrot , une Griffon et une Peugeot et devant un autre modèle Griffon, en bas une cyclocette.


à gauche en haut un cyclomoteur Peugeot et son rival Motobécane , en bas deux solex ( un noir et un jaune ) à droite en haut la Gnome Rhone et en bas le logo des ailes et du moteur en étoile.

Et chez nous la concurrence était intense , en région liégeoise il y avait 3 gros constructeurs de motos , FN ( Fabrique National ) Gillet et Saroléa , les points communs entre eux sont longs à énumérer. Si la FN sortait le vélo à cardan dès 1900 , les motos étaient déjà sur "les chaines de montages" ainsi dès la fin du XIXème siècle Gillet comme Saroléa en avaient déjà mis sur le marché. Sur la Gillet c’est une alimentation par rotative.


comparatif entre trois modèles de même cylindrée.

Voici deux modèles FN fort similaires, si ce n’est qu’ils ont huit années d’écart , en effet nous avons ici un modèle datant de 1903 sans boite de vitesse ni embrayage avec couronne en bois et courroie en cuir à ses côtés nous avons la FN 1911 type 247 avec un moteur longitudinal pas de chaine mais un cardan pour la transmission et un embrayage relié par cable à brin au guidon. Deux autres modèles de la marque liégeoise datant pour l’un de 1928 avec un réservoir en entre tube muni de frein à poulies et l’autre de 1934 avec frein à tambours et réservoir en selleet en face d’elle une FN 250 OVH type XIII de 1952 avec changement de vitesse à droite en rapport avec le système à main des premières générations et du coup la boite de vitesse est restée du côté droit.


la 1903 et la 1911 type 247.


modèle de 1928 , 1934 et 1952.

A LIRE AUSSI :
La Motocyclette d’Autrefois : du vélo à moteur au cyclomoteur et scooter ( partie 1)

La Motocyclette d’autrefois : les allemandes (partie 2)

La Motocyclette d’autrefois : les rivales (partie 3)

La Motocyclette d’autrefois : les rivales (fin) et le Circuit des Ardennes (partie 4 et fin)

Texte de Philippe
Photos de Véronique et Philippe

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.